Les appels de Trump à marcher sur le Capitole devraient faire l'objet d'une enquête

Fanny Rocher
·1 min de lecture
Les dégâts encore visibles le 7 janvier 2021, au lendemain d'un assaut de manifestants pro-Trump contre le Capitole, siège du Congrès américain à Washington - Olivier DOULIERY © 2019 AFP
Les dégâts encore visibles le 7 janvier 2021, au lendemain d'un assaut de manifestants pro-Trump contre le Capitole, siège du Congrès américain à Washington - Olivier DOULIERY © 2019 AFP

Une journée qui pourrait lui coûter cher. A moins de deux semaines de la fin du mandat de Donald Trump, et de la levée de son immunité présidentielle, de nombreuses voix s'élèvent pour pointer du doigt la responsaibilité du président dans l'invasion du Capitole de Washington par des dizaines de ses militants.

Élection "volée"

C'est notamment le cas du procureur général du District of Columbia, Michael K. Sherwin. Ce dernier a déclaré ce jeudi, devant des journalistes, que la justice se penchait sur "tous les acteurs présents lors de ces émeutes", mais également sur Donald Trump et ses déclarations, qui ont pu attiser un climat d'insurrection.

En effet, peu après le début des violences, Donald Trump, qui avait d'abord tenu un discours devant ces mêmes militants, s'est exprimé mercredi dans une courte vidéo dans laquelle il les appelait à "rentrer chez eux", mais où il réitérait également sans preuve que l'élection avait été "volée".

Risques pour la sécurité nationale

Michael Sherwin a également souligné que l'invasion du Capitole, qui a fait quatre morts et conduit à plus de 50 arrestations, pourrait mettre en péril la "sécurité nationale".

"Du matériel électronique et des documents ont été volés" dans plusieurs bureaux de sénateurs, qui peuvent contenir des écrits sensibles, a expliqué le procureur, cité par un journaliste américain.

Autre tâche de l'enquête: comprendre le rôle, contesté, de la police du Capitole qui n'a pas détenu les émeutiers sortant du bâtiment. "Je ne sais pas pourquoi ils n'étaient pas menottés quand ils sont sortis du Capitole", s'est interrogé Michael Sherwin, affirmant que ça a rendu le travail de la justice "plus difficile".

Article original publié sur BFMTV.com