Appels à la prière devant les églises : "Ces manifestations sont autorisées, donc les policiers ne peuvent pas légalement verbaliser", défend l'association Pour la messe

franceinfo
·1 min de lecture

Deux rassemblements de catholiques réclamant de pouvoir continuer à célébrer la messe, suspendue pendant le confinement, ont eu lieu dimanche dernier à Versailles et à Nantes. Plusieurs appels à des prières devant des églises ont été lancés à Bordeaux, Nice, Tours ou encore Paris pour vendredi 13 novembre et ce week-end.

Gérald Darmanin a indiqué que les croyants qui se réuniraient devant des églises seront verbalisés "dès ce week-end". "Ces manifestations sont autorisées, donc les policiers ne peuvent pas légalement verbaliser", a réagi ce vendredi sur franceinfo Jean-Benoît Harel, fondateur de l’association Pour la messe.

franceinfo : Allez-vous participer à ces prières ?

Jean-Benoît Harel : Avec l'association Pour la messe nous avons lancé une pétition, il y a deux semaines, qui a recueilli plus de 100 000 signatures. Notre ligne est de favoriser toutes les possibilités pour aller à la messe. On peut toujours aller à l'église en cochant la case motif familial impérieux, on peut toujours recevoir le sacrement de réconciliation, donc il y a des possibilités. Avec Pour la messe nous n'organisons pas ces manifestations mais nous les relayons.

Faut-il les maintenir malgré le risque de verbalisation ?

Nous sommes un peu étonnés de la déclaration de Gérald Darmanin. Il montre tout de suite la sanction. Il faut savoir que les manifestations sont (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi