Appel au secrétaire d'État, refus de sa défaite : Donald Trump divise les républicains

·2 min de lecture

La publication de l'enregistrement d'un appel entre Donald Trump et Brad Raffensperger, le secrétaire d'État de Géorgie, est survenue à deux jours des élections sénatoriales. De quoi faire craindre une vague bleue dans ce bastion républicain.

À la veille des élections sénatoriales spéciales en Géorgie, les républicains sont divisés. Dimanche, le «Washington Post» a publié l'enregistrement d'un appel entre Donald Trump et Brad Raffensperger, le secrétaire d'État de Géorgie, au cours duquel le président américain demande à l'élu républicain de «trouver» les quelques 11 000 voix de retard qui lui ont coûté une victoire en Géorgie, un bastion républicain dans lequel Joe Biden s'est imposé. Un «abus de pouvoir éhonté» selon Kamala Harris, qui a dimanche fait campagne en faveur de Raphael Warnock et Jon Ossoff, ce dernier insistant sur le silence de leurs adversaires républicains après cet appel : «Si David Perdue et Kelly Loeffler avaient une once de décence, une once d'intégrité, ils défendraient les électeurs de Géorgie de ce type d'attaque», a-t-il accusé dimanche. Mais de telles accusations n'ont pas été rejetées par la majorité des républicains, à l'image du bloc formé au Sénat lors du procès en destitution de Donald Trump, il y a à peine un an.

Mais en accusant la société Dominion d'avoir truqué les votes et les autorités d'avoir «jeté» des bulletins, Donald Trump met le doute sur la probité des élections à la veille d'un scrutin crucial : si les démocrates venaient à remporter ces deux sièges, le Sénat aurait une égalité entre démocrates et républicains. Et en cas d'égalité, le vice-président est la 101ème voix appelée pour trancher : en l'occurence, Kamala Harris, qui prêtera serment le 20 janvier prochain. Cela permettrait aux démocrates d'avoir une majorité à la Chambre des représentants et de faire voter leurs réformes et validations de nominations au Sénat. Une crainte pour les républicains, alors que Donald Trump semble adopter une politique de(...)


Lire la suite sur Paris Match