Appel à manifester "pour les libertés et contre les idées d'extrême droite" le 12 juin

·2 min de lecture
Manifestation le 8 octobre 2020 devant le siège du groupe Mulliez dans le Nord contre
Manifestation le 8 octobre 2020 devant le siège du groupe Mulliez dans le Nord contre

Il s'agit de répondre au "climat de haine, raciste et attentatoire aux libertés individuelles et collectives." Plusieurs syndicats, partis, associations et médias dont la CGT, Solidaires, Attac, SOS Racisme, le Mrap, L'Humanité, La France Insoumise et le NPA appellent à une "journée nationale de manifestation" le 12 juin "pour les libertés et contre l'extrême droite".

Constatant un "climat politique et social alarmant", dans lequel "s'allier avec l'extrême droite ou reprendre ses idées ne constituent plus un interdit", et où "les attaques contre les libertés et les droits sociaux s'accentuent gravement", les signataires déplorent l'adoption de "lois liberticides" qui "organisent une société autoritaire de surveillance et de contrôle".

"De plus, si certaines de ces lois stigmatisent une partie de la population en raison de sa religion, d'autres en ciblent en raison de leur activité militante", affirment-ils.

De nombreux signataires

Parmi les partis signataires, Générations, Place Publique, auxquels se sont ajouté par la suite le PCF et EELV. Les écologistes auraient préféré une autre date, raison de leur signature tardive, mais participeront à la manifestation, a indiqué la porte-parole d'EELV Eva Sas à l'AFP.

Le PCF a pour sa part annoncé dans un communiqué séparé qu'il participera à la mobilisation, jugeant que la France "vit un moment particulièrement dangereux", alors que "le pouvoir macronien et la droite se livrent une surenchère calamiteuse avec l'extrême droite" et "nourrissent les divisions de la société française"

Le PS, qui a publié son propre communiqué exprimant son soutien, participera aux manifestations, a également informé un de ses porte-parole, Pierre Jouvet.

"Nous partageons l'alarme des signataires quant à la banalisation des idées et de la rhétorique d'extrême droite, dans les médias et jusqu'au plus haut niveau de l'État, qui a des conséquences très concrètes sur la libération d'une violence d'extrême droite et sur la banalisation des propos et actes racistes et sexistes", souligne le PS dans son communiqué.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles