Appelés pour une fête d'intermittents clandestine, les policiers sont accueillis par le voisin excédé : Nicolas Sarkozy

·1 min de lecture

Cela pourrait être une banale histoire de voisinage et de tapage nocturne si l’un des protagonistes n’était pas… un ancien chef de l’État. Dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 avril, un logement du XVIe arrondissement accueillait une équipe de télévision française, réunie pour le tournage d’une émission. Les voisins ont toutefois jugé qu’ils faisaient trop de bruit et ont appelé la police pour tapage nocturne aux alentours de 23 heures. En arrivant sur place, les forces de l’ordre sont cependant tombées sur un individu qu’ils ne s’attendaient pas à voir : l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, selon les informations du Parisien.

Malgré la précision de l’entourage de l’ancien locataire de l’Élysée, qui assure qu’il n’est pas celui qui a appelé la police, Nicolas Sarkozy a bien remercié les fonctionnaires de police qui sont venus mettre fin aux bruits. Il a également invité ces derniers à revenir aussi souvent que possible, en raison de "la récurrence des nuisances sonores" provenant de ce logement, selon le quotidien francilien.

Preuve en est, les forces de l’ordre ont dû revenir quelques heures plus tard dans cette petite allée du très chic arrondissement de Paris, alors que la fête de ces intermittents se terminait.

Au cours de cette intervention, dix-sept contraventions pour non-port du masque et non-respect du couvre-feu ont été dressées, a fait savoir l’un des policiers qui y a participé à nos confrères du Parisien.

>> A lire aussi - Seine-Saint-Denis : une (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Hospitalisations Covid-19 : les espoirs de l'Institut Pasteur
Vaccin Johnson & Johnson : une recommandation européenne attendue “la semaine prochaine”
Kinés, orthophonistes… des démarches simplifiées pour les patients
Bateau pour Monaco, tramway, téléphérique… comment Nice veut désengorger la circulation
Variant brésilien, lancement contrarié du vaccin Johnson & Johnson… une crise du Covid-19 plus longue que prévu en France ?