"Je suis apatride sanitaire" : atteint du Covid long, il raconte son calvaire

·2 min de lecture

Le Covid long, cette persistance d'effets secondaires après une infection au coronavirus, touche de manière très différente ceux qui en sont atteints. Sad, 51 ans, s'est confié au micro d'Europe 1 sur des séquelles qui lui empoisonnent la vie, plus de dix mois après avoir été touché par le virus.

"J'ai 51 ans et quand je me promène avec mon épouse qui travaille en Ehpad, j'ai l'impression que c'est moi le résident." Sad est employé funéraire et est atteint du Covid long. Il vit avec son épouse à Marseille et ont tous les deux contracté le coronavirus au printemps dernier, lors de la première vague. Dix mois après, contrairement à son épouse, il ressent encore des symptômes, à commencer par la fatigue et des problèmes respiratoires. Membre de l’association "Aprèsj20", il attend une reconnaissance des cas de Covid long.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 20 février

"J'ai une toux, c'est invivable ! On ne peut pas la stabiliser"

"J'ai contracté le virus aux environs du 15 avril et j'ai été hospitalisé le 21", se souvient Sad. Comme beaucoup d'autres patients atteints de Covid long, il n'a pas eu de forme particulièrement grave. "Je n'ai pas été mis en réanimation, ni intubé ou ventilé, mais seulement placé en isolement", explique-t-il.

Les conséquences sont arrivées. Et depuis, elles perdurent. "J'ai une toux, c'est invivable, on ne peut pas la stabiliser. Je suis asthmatique sévère et depuis le mois d'août, je fais de la rééducation cardio-respiratoire", raconte-t-il. "Ça fait quatre mois et demi que je tousse régulièrement et que je dois contrôler ma respiration, même en dialoguant. Avant, je ne le faisais pas. Je pouvais dialoguer sans aucun souci. Je n'avais aucun problème respiratoire."

>> LIRE AUSSI - Que sait-on des ...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :