Antitrust. Lina Khan, l’adversaire des Gafa, prend la tête du gendarme américain de la concurrence

·1 min de lecture

Le Sénat a confirmé mardi l’entrée à la Federal Trade Commission de cette juriste connue pour ferrailler contre les monopoles des Big Tech. Le président Biden, en la nommant dans la foulée à la tête de l’agence, signe le durcissement de la politique à leur encontre.

L’arrivée de Lina Khan à la tête de la Federal Trade Commission (FTC), la principale agence d’application des lois antitrust aux États-Unis, marque un tournant dans la politique américaine vis-à-vis des grandes entreprises de la technologie. Alors qu’“il y a quatre ans Lina Khan était à l’extrême gauche de la pensée antitrust américaine”, note Quartz, son entrée à la FTC a été confirmée par un vote du Sénat mardi 15 juin, suivi dans la foulée par sa nomination à la tête de l’agence par le président Biden. “Cela montre à quelle vitesse sa position agressive antimonopole est passée du domaine des intellectuels radicaux au courant dominant de la politique américaine.”

Chef de file des antitrust

Le choix de cette universitaire de 32 ans, professeure agrégée de droit à l’université Columbia, à New York, scelle “l’ascendant d’un camp progressiste qui défend des changements de grande envergure dans l’application des lois antitrust”, observe le Wall Street Journal. Lina Khan est devenue en quelques années la “chef de file de ce mouvement” qui considère que la puissance publique a “trop peu contribué à restreindre la domination des entreprises

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles