Antispécistes, pirates, chasseurs… Les petites listes tentent de se présenter aux régionales

·1 min de lecture

Loin des partis politiques traditionnels, certaines listes tentent de se présenter aux élections régionales en s’engageant fortement sur des problématiques précises comme la condition animale, les libertés sur Internet ou la défense des traditions rurales. "Marianne" les a recensées.

Transports, lycées, formation professionnelle, politique de la ville ou encore développement économique : les compétences des régions sont précises et non extensibles à l’infini. Mais cela n’empêche pas des listes au profil parfois assez éloigné de ces enjeux de tenter de présenter leur candidature aux régionales, qui auront lieu les 20 et 27 juin prochains. Enjeux de visibilité pour certaines, création d'alliances pour d’autres, ces candidatures en dehors des sentiers battus de la politique ont toutes quelque chose en commun : elles mettent au centre de leur engagement une problématique précise qui les rend facilement identifiables. Antispécistes, pirates, chasseurs… Marianne recense leurs engagements et leurs difficultés.L’Île-de-France, terrain de chasse pour les antispécistesReprésenter une éthique qui prenne en compte la liberté de nos amis les bêtes : c’est le défi que s’est lancé le journaliste Aymeric Caron, à la tête du parti antispéciste Révolution Écologique pour le vivant (REV). Les régionales pourraient représenter un premier défi électoral pour ce parti politique fondé en 2018 sur fond d’une critique des partis écologistes qui considéreraient le vivant uniquement comme une...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Bientôt un scooter gonflable pour les moins de 80 kg

1939 : il y a 80 ans, les masques obligatoires

Selon l'ONU, 80 millions de personnes ont été déplacées par les conflits dans le monde en 2019, un record

"Meurtres à White House Farm" : le docu-fiction sur l'une des plus sordides affaires des années 80

"80% de mes contrats sont tombés" : Bastien, gérant d'une boîte de sécurité privée, victime collatérale du Covid-19