Antisémitisme: Jeremy Corbyn ne pourra plus siéger au Parlement en tant que député travailliste

·1 min de lecture

Au Royaume-Uni, Jeremy Corbyn, l’ancien dirigeant du Parti travailliste ne pourra plus siéger comme député du Labour. Une décision annoncée ce mercredi 18 novembre par l’actuel chef du Labour Keir Starmer, qui choisit ainsi de sanctionner son prédécesseur pour sa gestion de l'antisémitisme dans la formation.

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Jeremy Corbyn avait été suspendu du Labour fin octobre après avoir mis en doute les conclusions d’un rapport accablant sur l’antisémitisme au sein du parti quand il était à sa tête. Loin de faire amende honorable, l’ancien dirigeant avait reproché aux critiques à l’intérieur comme à l’extérieur du Labour et aux médias d’« exagérer pour des raisons politiques » l’antisémitisme sous sa direction.

La suspension de Jeremy Corbyn avait provoqué la colère de l’aile gauche des travaillistes et avait été au contraire saluée par les membres et associations de confession juive. Le nouveau chef travailliste Keir Starmer avait pour sa part martelé que ceux qui jugeaient exagérée la question de l’antisémitisme au sein du Labour n’avaient pas leur « place dans le parti ».

Ce qui n’a pas empêché les autorités disciplinaires du Labour de lever ce mardi la suspension de Jeremy Corbyn, cette décision n’étant pas du fait de Keir Starmer. Face à un lourd dilemme, le nouveau dirigeant a néanmoins refusé de rendre à Jeremy Corbyn le droit de se présenter au Parlement sous l’étiquette du Labour.

Keir Starmer réaffirme ainsi son autorité mais prend le risque de se mettre à dos l’aile gauche des travaillistes pour qui cette décision ne va faire qu’attiser les divisions intestines et affaiblir le parti.