Antisémitisme : Dupond-Moretti «ne regrette pas» ses propos, Bompard réclame des excuses

© Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Le Garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a assuré mercredi "ne pas regretter" ses propos au lendemain d'un incident à l'Assemblée nationale autour d'une proposition de résolution sur Israël, propos pour lesquels le député LFI Manuel Bompard lui avait réclamé des excuses. Mardi, lors de la séance des questions au gouvernement, le garde des Sceaux a pointé du doigt "l'extrême droite" mais surtout "l'extrême gauche" et une récente proposition, signée par une quarantaine d'élus de gauche qui condamnent le "régime d'apartheid" d'Israël contre les Palestiniens, "un régime institutionnalisé d'oppression et de domination systématique par un seul groupe racial". Le texte avait récemment fait polémique et provoqué une série de condamnations d'associations.

"Je ne regrette pas mes paroles"

Manuel Bompard , qui n'est pas signataire de la résolution, a réclamé des excuses de la part d'Élisabeth Borne et Éric Dupond-Moretti mercredi matin sur RFI, "car on ne peut pas proférer à l'encontre d'une partie de la représentation nationale des accusations d'antisémitisme", cela "sans aucun fait : aucune personne de LFI n'a jamais été suspectée, condamnée, poursuivie, pour des propos ou des actes antisémites", a-t-il fait valoir.

"Je ne regrette pas mes paroles et ce que j'ai dit, je l'ai dit dans l'hémicycle (...) Non je ne regrette rien de ce que j'ai dit", a insisté mercredi Éric Dupond-Moretti, interrogé par des journalistes lors d'un point presse en marge d'un déplacement à la prison des Baum...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles