Antisémitisme : 3 mois de prison avec sursis requis contre l’enseignante

·1 min de lecture
Le jugement a été mis en délibéré au 20 octobre.
Le jugement a été mis en délibéré au 20 octobre.

L?ancienne membre du Front national et enseignante Cassandre Fristot ne s?est pas déplacée devant le tribunal correctionnel de Metz, où elle était jugée pour « provocation à la haine raciale ». Elle est accusée d?avoir brandi une pancarte antisémite lors d?une manifestation contre le pass sanitaire le 7 août. Le parquet a requis, ce mercredi 8 septembre, trois mois de prison avec sursis et trois ans d?inéligibilité contre Cassandre Fristot. Elle encourt jusqu?à un an de prison et 45 000 euros d?amende.

Le jugement a été mis en délibéré au 20 octobre. Le parquet a aussi demandé la « destruction des scellés », notamment une pancarte et des drapeaux saisis lors d?une perquisition au domicile de l?enseignante de 33 ans début août. Les avocats des 13 parties civiles ont tous insisté sur le fait que la pancarte brandie le 7 août portait « les stigmates profonds de l?antisémitisme » et les « codes du complotisme », comme l?a souligné Me David-Olivier Kaminski, avocat du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

« Cette affaire s?inscrit dans le temps long d?un antisémitisme qui sent la naphtaline »

« ?Mais Qui?, c?est une nouvelle présentation de la pensée antisémite, et cette pensée, avec cette affiche qui a été brandie publiquement dans les rues de Metz, tombe sous le coup de la loi. Donc je pense que le tribunal doit condamner Cassandre Fristot », a-t-il insisté. « On a ici une jeune femme qui recycle au XXIe siècle les vieilles lunes antisé [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles