Des « antisémites » chez les Insoumis ? On a posé la question à ces députés

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

POLITIQUE - Le mot est lourd de sens, infâmant, et a déclenché une vraie polémique dans et en dehors de l’hémicycle. Au départ, c’est une proposition de résolution déposée par un élu communiste qui lance les hostilités : elle qualifie d’« apartheid » le régime mis en place par Israël contre les Palestiniens.

Consultable ici, le texte condamne plus précisément « l’institutionnalisation d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien ». Le terme d’apartheid apparaît 65 fois dans la résolution. Un texte dont s’est saisi le député Meyer Habib pour interpeller les députés qu’il qualifie « d’extrême gauche » et « d’islamogauchistes », déclenchant les huées de toute l’aile gauche de l’hémicycle.

Après avoir confirmé sa présence à la commémoration des 40 ans de l’attentat de la rue des Rosiers, comme le demandait Meyer Habib, le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a, à son tour, pris « l’extrême gauche » pour cible. « Corbyn, l’apartheid, les mots que vous avez choisi pour commenter le discours du président de la République, ces mots-là vous collent à la peau ! », a-t-il cinglé en se tournant vers les bancs de la NUPES, et plus particulièrement ceux de la France insoumise.

Une tirade qui a provoqué la colère des élus de gauche, dont la grande majorité a décidé de quitter l’hémicycle, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête de l’article.

« Oui c’est antisémite »

« Quand on a des députés qui signent des motions comme celle signée par des députés de la NUPES, oui c’est antisémite » défend Sacha Houlié, député de l’aile gauche de la majorité qui précise également avoir été choqué par le soutien d’un député LFI du nord à l’imam dont le ministre de l’Intérieur a annoncé l’expulsion.

Charles de Courson, député du centre tient lui à alerter sur le choix des mots employés par la résolution : « pour des gens qui se disent antiracistes, ils emploient un terme qui fait référence ici à l’Afrique du Sud. »

Chez les Républicains là aussi, même si on ne qualifie personne de clairement antisémite, on s’interroge. C’est le cas de Véronique Louwagie, députée les Républicains : « J’espère que leurs mots ont dépassé leur pensée, ce dont je ne suis pas sûre. »

Une formulation « maladroite »

Pour Julien Bayou, coprésident du groupe écologiste et membre de la NUPES donc allié des Insoumis : « le texte est maladroit mais on doit pouvoir critiquer la politique d’un pays même si c’est Israël », dit-il, avant de souligner que lui-même ne l’a pas signé.

« Si c’est de l’antisémitisme, alors c’est un délit et le garde des Sceaux (Éric Dupond-Moretti) peut porter plainte mais il ne le fera pas », dénonce le député LFI Antoine Léaument, convaincu que la polémique est une manoeuvre politicienne. « Si vous voulez affaiblir une opposition, vous la traitez d’antisémite », avance encore Éric Coquerel.

Invité de RFI ce mercredi matin Manuel Bompard, qui n’est pas signataire de la résolution, a réclamé des excuses de la part d’Elisabeth Borne et d’Eric Dupond-Moretti « car on ne peut pas proférer à l’encontre d’une partie de la représentation nationale des accusations d’antisémitisme », cela « sans aucun fait : aucune personne de LFI n’a jamais été suspectée, condamnée, poursuivie, pour des propos ou des actes antisémites ». Mais d’excuse il n’est pas vraiment question : en déplacement à Marseille, Eric Dupond-Moretti a maintenu ses propos.

À voir également en vidéo sur Le HuffPost : Accusée d’antisémitisme, la Nupes quitte l’hémicycle de l’Assemblée

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi :

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles