« Antidisturbios », une série espagnole coup de poing sur la police

·1 min de lecture
Álex García, Hovik Keuchkerian, Patrick Criado, Raúl Arévalo, Raúl Prieto dans la série « Antidisturbios ».
Álex García, Hovik Keuchkerian, Patrick Criado, Raúl Arévalo, Raúl Prieto dans la série « Antidisturbios ».

Depuis le succès de La Casa de papel, on sait que les séries espagnoles n'ont pas peur d'aborder de front le terrain politique et social. Leur vitalité, leur audace font souvent des étincelles. Nouvel exemple de cet appétit du réel, Antidisturbios, minisérie en six épisodes produite par la plateforme espagnole Movistar + et diffusée sur Canal+. Aux manettes : Rodrigo Sorogoyen, remarqué pour trois films majeurs (Que Dios nos perdone, Madre et El Reino) et qui passe cette fois au format de la télévision pour nous embarquer à Madrid au sein d'une unité de flics antiémeute (Antidisturbios). Secondé par la scénariste Isabel Peña, le réalisateur et scénariste plonge au c?ur d'une Espagne confrontée, comme en France, à la violence quotidienne et aux critiques de l'action de la police.

À LIRE AUSSIL'Espagne, le nouvel eldorado des séries

Antidisturbios suit donc six policiers (le solide Hovik Keuchkerian, vu dans La Casa de papel, Patrick Criado, Alex Garcia, Raul Arévalo, Roberto Alamo et Raul Prieto, deux acteurs du film Que Dios nos perdone) chargés de mener l'expulsion d'un appartement dans un quartier populaire de Madrid. Vite débordés par des militants du droit au logement qui font barrage, ils se retrouvent sans renfort face à une situation incontrôlable. Leur intervention vire au drame avec la mort d'un réfugié africain tombé du premier étage. Accident, homicide involontaire, usage démesuré de la force ? Les affaires internes, autrement dit la police des p [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles