Les antidépresseurs peuvent aussi atténuer les émotions positives, montre une étude

Un nouvel effet secondaire a été observé chez les antidépresseurs. Selon une étude publiée le 23 janvier dans la revue Neuropsychopharmacology, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), couramment prescrit en cas de dépression, peuvent avoir des effets sur la sensibilité des patients face aux récompenses.

Comme l’indique le média britannique The Guardian, qui relaie l’étude, les volontaires devenaient moins sensibles aux réactions positives comme négatives après trois mois de traitement à base d’escitalopram, un antidépresseur ISRS.

L’essai a suivi 66 personnes entre mai 2020 et octobre 2021. Deux groupes ont été formés : dans le premier, les participants en bonne santé ont pris de l'escitalopram, et au sein du second ils ont consommé un placebo sans le savoir. Le traitement a duré 21 jours en moyenne, puis les volontaires ont subi une série de tests cognitifs. Des questionnaires d’auto-évaluation ont également été distribués.

Les tests évaluant l’attention et la mémoire n’ont pas montré de différence entre les deux groupes. Ce n’est pas le cas des tests qui mesuraient la manière dont ils apprenaient les récompenses. Lors d’un des exercices, les participants pouvaient choisir entre deux options sur un écran, A et B. Au début, la première entraînaient plus souvent une récompense que la deuxième. Au cours du test, les probabilités d’avoir une récompense ont plusieurs fois changé entre A et B, et les volontaires ont dû s’y adapter.

Résultat : le groupe ISRS (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Cancer de la peau : une étude alerte sur les effets nocifs des lampes UV pour les ongles
Les règles seraient plus douloureuses en hiver selon les chercheurs
Système Cardiovasculaire : voici les 5 meilleurs sports pour améliorer son cardio
Cavité buccale : voici les 11 couleurs de la langue qui indiquent votre état de santé
Covid-19 : un risque accru de maladies graves pour les femmes enceintes et leur bébé