Antibiorésistance : Une molécule découverte dans l’intestin d’un ver offre un nouvel espoir

20 Minutes avec agence

ETUDE - La découverte de chercheurs d’une université de Boston pourrait être déterminante dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques

Alors que la résistance aux antibiotiques inquiète les autorités sanitaires du monde entier, trois chercheurs de l’université de Northeastern, à Boston ( Etats-Unis), ont réalisé une découverte qui pourrait s’avérer déterminante. Ils ont réussi à identifier une molécule tueuse de bactéries résistantes dites à « Gram négatif », comme la bactérie E.Coli, dans le tube digestif d’un ver nématode. Or, le dernier antibiotique mis au point contre ce type de bactéries date des années 1960.

Une molécule qui détruit des bactéries

Leur étude a été publiée dans la revue spécialisée Nature et relayée par Futura Sciences. La molécule qu’ils ont découverte, produite par la bactérie Photorhabdus, a été baptisée darobactine.

La bonne nouvelle est que les composés de cette bactérie ne seraient pas toxiques pour l’homme et pourraient donc être utilisés dans des antibiotiques. Ils restent également actifs suffisamment longtemps pour détruire toutes les bactéries présentes à l’intérieur des larves.

Vers un nouveau médicament « encore plus efficace » ?

Les scientifiques ont donc cherché à isoler une molécule, la fameuse darobactine, capable de tuer de nombreuses bactéries résistantes. « Même si la darobactine n’est pas efficace pour toutes les bactéries à Gram négatif, elle pourrait (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Londres: Près de la moitié des staphylocoques résistent à au moins deux familles d'antibiotiques
Antibiorésistance : Nourrir son chat ou son chien de viande crue peut être dangereux pour la santé
Des chercheurs français ouvrent la voie à une nouvelle génération d'antibiotiques