Antibes : un livreur violemment attaqué par cinq chiens

·2 min de lecture
un livreur a été attaqué par cinq chiens à Antibes

Ce mercredi 26 mai, à Antibes, un livreur a été attaqué par les cinq molosses gardant une propriété où il devait déposer des colis. Âgé de 29 ans, cet homme, qui connaissait déjà les lieux, a subi d’importantes blessures. Il a porté plainte mais demande que les animaux ne soient pas euthanasiés.

Il ne fait définitivement pas bon être livreur ces derniers temps. Après les insultes racistes et les agressions violentes, c’est une attaque de chiens qui a touché un membre de cette profession décidément très exposée. Comme le raconte le journal Var Matin, un livreur de 29 ans a été attaqué par les cinq molosses d’une propriété où il devait livrer plusieurs colis ce mercredi 26 mai. Les animaux l’ont mordu à plusieurs reprises, à la cheville, au mollet et à la cuisse droite.

L’homme connaissait pourtant bien les lieux où il avait déjà effectué plusieurs livraisons. Il n’y avait jamais croisé de chien, juste entendu des aboiements. Ne pouvant entrer avec son véhicule, il l’avait donc garé à proximité de l’entrée, pour gagner du temps. Mais alors qu'il sort deux des quatre cartons à déposer, il entend du bruit “comme une meute de chiens de chasse”. Un instant plus tard, il est au sol avec les cinq canidés sur lui.

Un véritable cauchemar

Hors de contrôle, les chiens l’attaquent aux jambes et le blessent en enfonçant leurs crocs. S’il n’a pas été capable d’identifier la race des animaux, le livreur évoque la puissance d’un groupe de Rottweilers. Terrifié, il protège ses doigts et son visage, de peur qu’ils soient arrachés, et se voit mourir. Un maître-chien finit toutefois par apparaître et parvient difficilement à rentrer les animaux dans la propriété. Le livreur s’échappe tant bien que mal et s’enferme dans son véhicule.

Un témoin, alerté par le bruit et les cris d’effroi du livreur, finit par lui venir en aide et par appeler les pompiers. Finalement prise en charge pour sa jambe déchiquetée, la victime a porté plainte et va se constituer partie civile. Le voisin qui lui est venu en aide a également raconté à Var Matin que lui-même avait peur de ces chiens, ce qui devrait alourdir le dossier. Le livreur, traumatisé par la violente attaque dont il a fait l'objet, a toutefois précisé qu’il ne voulait pas que les animaux soient euthanasiés.

Ce contenu pourrait également vous intéresser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles