Les anti-inflammatoires pourraient aggraver l'arthrose

En plus d’être dangereuse pour le foie, une consommation prolongée de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pour traiter l'arthrose pourrait présenter des effets contre-productifs. D’après une nouvelle étude qui sera présentée la semaine prochaine lors de la réunion annuelle de la Radiological Society of North America, l’utilisation d’ibuprofène ou de naproxène aggraverait l'inflammation de l'articulation du genou.

Si les AINS sont couramment prescrits pour traiter la douleur et l'inflammation liées à l'arthrose, on ne connaît pas encore les effets à long terme de ces médicaments sur la progression de la maladie. L’objectif de cette étude était double : analyser l'association entre l'utilisation des AINS et la synovite (l'inflammation de la membrane qui tapisse l'articulation), et évaluer comment le traitement par AINS affecte la structure de l'articulation au fil du temps.

(A) Genou normal sans signe d’inflammation. (B) Flèche pointant sur une zone circonscrite avec un signal plus élevé (lignes claires) dans la zone du coussinet adipeux (normalement sombre), ce qui indique un début de réaction inflammatoire. (C) L’ensemble du coussinet adipeux présente un signal plus élevé (couleur gris clair avec des lignes blanches), ce qui est un signe d’inflammation progressive de l’articulation du genou. © RSNA
(A) Genou normal sans signe d’inflammation. (B) Flèche pointant sur une zone circonscrite avec un signal plus élevé (lignes claires) dans la zone du coussinet adipeux (normalement sombre), ce qui indique un début de réaction inflammatoire. (C) L’ensemble du coussinet adipeux présente un signal plus élevé (couleur gris clair avec des lignes blanches), ce qui est un signe d’inflammation progressive de l’articulation du genou. © RSNA

AINS : aucun avantage sur les articulations, voire une aggravation au fil du temps

Les participants à l’étude étaient 277 patients souffrant d’arthrose du genou modérée à sévère et traités avec ce type d’analgésique pendant au moins un an entre le début de l'étude et le suivi de quatre ans. Les résultats ont été comparés à ceux de 793 personnes non traitées par AINS. Les chercheurs n’ont trouvé aucun avantage structurel de l'utilisation des AINS à long terme chez les personnes atteintes d'arthrose. Pire, l'inflammation articulaire et la qualité du cartilage — qui étaient plus mauvaises dès le départ chez ces personnes par rapport au groupe témoin — se...

> Lire la suite sur Futura