Anthropologie. Il y a plus de mille ans, les chefs andins auraient mélangé un hallucinogène à leur bière

·1 min de lecture

À la fin du premier millénaire, les chefs andins d’une civilisation pré-inca auraient créé une boisson légèrement hallucinogène afin de prendre le pas sur d’autres populations. Une équipe d’anthropologues explore les mystères du breuvage, mêlant fèves de vilca et alcool fermenté, rapporte le New Scientist.

Planer légèrement, séduire, puis conquérir… Les membres de la civilisation Huari, qui vivaient dans les Andes péruviennes entre 550 et 1 000 après J.-C, mélangeaient peut-être des graines hallucinogènes à leur bière, raconte le New Scientist. Cette boisson aurait permis aux chefs de créer des liens avec les “gens ordinaires” tout en confortant leur statut social, selon les dernières découvertes faites par l’équipe de l’anthropologue Matthew Biwer du Dickinson College de Carlisle (Pennsylvanie).

À lire aussi: Parcours initiatique dans les andes. En route pour Machu Picchu

“Une sensation de vol”

Depuis 2015, explique le magazine scientifique britannique, “Matthew Biwer et ses collègues fouillent un site Huari appelé Quilcapampa [dans les Andes péruviennes]. Il le qualifie de ‘poste de passage le long d’une route’ et affirme qu’il n’a été occupé que pendant une génération, entre 800 et 850 après J.-C. environ.

Au centre du site, l’équipe a récemment découvert une fosse remplie d’un million de graines de Schinus molle : une sorte de poivrier sauvage poussant au Pérou. Ses baies roses étaient utilisées pour fabriquer une boisson alcoolisée fermentée semblable à la bière et connue sous le nom de “chicha” – un nom aujourd’hui donné dans le pays aux boissons fermentées à base de maïs.

À quelques pas de là, dans une fosse à ordures, l’équipe a trouvé des fèves de l’arbre vilca ou Anadenanthera colubrina. Or celles-ci, largement utilisées dans les cultures

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles