Anorexie, boulimie... Des troubles exacerbés par les crises mondiales comme le Covid ou la guerre

© GARO / PHANIE / PHANIE VIA AFP

C'est la journée mondiale des TCA, les troubles du comportement alimentaire . En France, près d'un million de personnes, 900.000 exactement, souffrent d'anorexie, de boulimie, soit le fait de manger excessivement puis de se vider, ou d'hyperphagie, la même chose que la boulimie, sans chercher à se faire vomir derrière. Il n'y a pas de chiffres récents sur la question, mais tous les spécialistes s'accordent à dire que les restrictions pendant la crise sanitaire de Covid-19 ont aggravé la situation de ceux qui étaient fragiles ou sur la brèche, comme Michael.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Je pesais moins de 50 kilos"

Lors du premier confinement, le trentenaire réalise qu'il souffre de troubles alimentaires graves. "Ça a dégénéré vraiment dès l'apparition du confinement. Le contrôle qu'on a eu l'impression de perdre avec le confinement, le seul moyen que j'ai trouvé de le rétablir, c'était de m'enfoncer sans me rendre compte dans une spirale d'anorexie", raconte-t-il au micro d'Europe 1.

Il traverse des crises de boulimie puis des périodes d'anorexie : "Je pesais moins de 50 kilos, donc j'ai perdu plus de quinze kilos pendant cette période. Un an après, j'ai fait une crise suicidaire. Depuis la fin des restrictions, ça va mieux."

>> À RÉÉCOUTER - Conséquence de l'épidémie de Covid-19, "les troubles du comportement alimentaire ont énormément augmenté", explique Marie-Rose Moro

Le lien social pour limiter l'impact

Michael n'est pas le seul ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles