Des "anomalies" découvertes pendant sa grossesse, son bébé de sept semaines souffre d’un syndrôme rarissime

Ce n'est qu'à la 30e semaine de grossesse que les médecins de l'hôpital pour enfants de Kansas City ont diagnostiqué le syndrome de Beckwith-Wiedemann (BWS), une maladie rare affectant environ 1 nouveau-né sur 13 000. Ce syndrome d'hypercroissance entraîne une croissance accélérée des enfants jusqu'à l'âge de 8 ans, explique People. Molly et son mari, Ryan, ont alors commencé à se préparer pour l'arrivée de leur fils, Samuel, en s'informant sur cette maladie et en prenant les mesures nécessaires pour accueillir leur nouveau-né. Avec ce diagnostic, Molly a appris qu'elle pourrait devoir accoucher par césarienne en raison du poids de son bébé. De plus, Samuel nécessiterait une surveillance en unité de soins intensifs néonatals pour stabiliser ses électrolytes, ses niveaux de sucre dans le sang, et s'assurer qu'il puisse respirer correctement malgré sa langue proéminente. "En plus de notre visite au Children's Mercy de Kansas City, les ressources en ligne du Children's Mercy de Philadelphie (CHOP) ont été très utiles pour comprendre à quoi nous attendre", a expliqué Molly. "On nous a donné une image assez précise de ce qui nous attendait à la naissance et pour le reste de son enfance".

"C'était l'expérience la plus facile"

Heureusement, l'accouchement de Molly s'est finalement déroulé sans encombre. "C'était l'expérience la plus facile par rapport à mes trois premiers", a-t-elle confié. "J'avais une grande paix en moi tout au long de (...)

Lire la suite sur Closer

Allaitement : ces aliments à privilégier
Matthieu Delormeau au plus mal ? Les proches de l’animateur sortent du silence pour donner de ses nouvelles
Elle avoue avoir tué ses parents des années plus tard, un détail glace le sang
Prince William : cette "rancune" que le futur roi a contre un membre important de la famille royale
Meghan Markle : la femme du prince Harry prête à se réconcilier avec la famille royale mais…