Annulation de mises en examen dans l’affaire Grégory: "Il faut tout recommencer"

1 / 2

Annulation de mises en examen dans l’affaire Grégory: "Il faut tout recommencer"

Le consultant Dominique Rizet et l’avocat pénaliste Stéphane Babonneau évoquent les raisons et les conséquences de ces annulations, qui retardent l’enquête d’un an.

"À partir de juin 2017, tout ce qui a été fait est annulé. Il faut tout recommencer"; c’est ainsi que Dominique Rizet, consultant police-justice pour BFMTV, résume les conséquences du nouveau rebondissement de l’affaire Grégory. Ce mercredi, Muriel Bolle et les époux Jacob ont vu leurs mises en examen pour l’enlèvement suivi de la mort du petit garçon annulées par la chambre de l’instruction de Dijon. Des mises en examen qui remontent à l’été dernier, pour une affaire vieille de 33 ans.

Si les avocats des mis en examens se réjouissent de cette décision, et jugent leurs clients blanchis, le procureur général assure que cette annulation "porte sur des points de procédure et pas sur des éléments touchant au fond du dossier". Une erreur, donc, qui fait reculer l’enquête d’un an.

"C'est catastrophique"

"Il va falloir recommencer, ça va coûter encore beaucoup d’argent, poursuit Dominique Rizet. "Cela fait un an qu’il y a des enquêteurs qui sont au travail, que les magistrats travaillent, des mises en examen qui ont été effectuées, des personnes qui ont été déplacées de chez elles, (avec) interdiction de séjourner dans le département… en terme d’image, c’est catastrophique."

Cette décision avait été prise par la "précédente présidente", et a été annulée "au motif que cette présidente a pris seule cette décision de mettre en examen Muriel Bolle et les...

Lire la suite sur BFMTV.com

A lire aussi