Avant les annonces de Castex, les stations de ski rongent leur frein

Paul Guyonnet
·Journaliste
·1 min de lecture
Du fait des restrictions sanitaires mises en place faceà l'épidémie de covid-19, les stations de ski françaises, à l'image de Villard-de-Lans, photographiée ici le 5 janvier dernier, ont dû innover pendant les vacances de Noël. Elles attendent désormais de savoir ce que le gouvernement leur prépare pour les semaines à venir.  (Photo: Philippe DESMAZES / AFP)
Du fait des restrictions sanitaires mises en place faceà l'épidémie de covid-19, les stations de ski françaises, à l'image de Villard-de-Lans, photographiée ici le 5 janvier dernier, ont dû innover pendant les vacances de Noël. Elles attendent désormais de savoir ce que le gouvernement leur prépare pour les semaines à venir. (Photo: Philippe DESMAZES / AFP)

CORONAVIRUS - “Catastrophique.” Quand on demande à Sébastien Dufour, qui tient un magasin de location de skis du côté de Morzine, en Haute-Savoie, le bilan qu’il dresse du début de saison pour les professionnels de la montagne, sa réponse est sans appel.

Interdits de faire fonctionner les remontées mécaniques depuis décembre et ce qui aurait dû être le début de leur saison, tous les acteurs des sports d’hiver et les secteurs connexes (hôtellerie, restauration...) sont dans l’expectative. Mercredi dans la soirée, ils ont appris que les remontées mécaniques ne rouvriront pas ce jeudi 7 janvier comme cela avait été initialement envisagé, et qu’aucune date ne serait annoncée avant, au plus tôt, la semaine prochaine.

Or à entendre les acteurs de la montagne, ils auraient bien besoin de réponses au plus vite, inquiets qu’ils sont de vivre une saison blanche. Sans mauvais jeu de mots.

À LIRE AUSSI

Covid-19: les annonces de Castex ce 7 janvier en direct

Castex annonce que les cinémas, théâtres et salles de sport restent fermées

En 2019, la saison de ski a déjà été écourtée d’un mois par le premier confinement, entré en vigueur le 17 mars. Heureusement pour de nombreux professionnels que l’été a été particulièrement réussi, sans quoi les aides de l’État et la trésorerie engrangée sur la période estivale ne suffiraient pas à maintenir -difficilement en plus- l’économie locale à flot.

Une pression économique suffocante

Car si la plupart des acteurs que nous avons interrogés, qu’ils soient hôteliers ou loueurs de skis notamment, sont propriétaires d’une échoppe appartenant à leur famille depuis des décennies, pour les jeunes ou les personnes extérieures venus s’installer r&eac...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.