Annonce tardive du nouveau protocole pour les écoles: Blanquer se justifie

·2 min de lecture

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer s'est justifié sur l'annonce jugée tardive et par voie de presse du nouveau protocole sanitaire dans les écoles dimanche en fin d'après-midi. 

Le timing a surpris, la méthode aussi. Dimanche en fin d'après-midi, le ministre de l'Education nationale a annoncé la mise en place d'un nouveau protocole sanitaire dans les écoles dans un entretien exclusif avec «Le Parisien». D'abord limitée aux seuls abonnés du quotidien sur le numérique, l'interview a ensuite été mise à disposition des internautes et doublée d'une communication officielle sur le site de l'éducation nationale. Interrogé sur LCI, Jean-Michel Blanquer s'est justifié: «On prend d'abord une décision en Conseil de défense sur les grands principes à partir de la réalité sanitaire, et ensuite, tout le travail technique doit être fait», a-t-il expliqué, ajoutant avoir eu à attendre «jusqu'à vendredi l'avis du Conseil scientifique et de la Haute Autorité de Santé publique». Pour le ministre, le «processus (...) ne peut pas être autrement si on veut prendre des décisions au plus près de la réalité».

Des attaques ad hominem

Reste que l'interview, qui annonçait le nouveau protocole mis en place le lendemain, avec notamment les deux auto-tests gratuits à faire réaliser à son enfant si cas contact dans sa classe, avait une surprenante tonalité politique pour un message sanitaire à destination des parents et des enseignants. Jean-Michel Blanquer a ainsi nommément renvoyé dans les cordes les candidats à l'élection présidentielle Valérie Pécresse, sur la question du report de la rentrée, et Yannick Jadot, sur l'installation des capteurs de CO2 dans les classes. Pas sûr que l'avis tardif du Conseil scientifique et de la Haute Autorité de Santé publique justifiait de telles piques ad hominem...


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles