Annette Wieviorka et l’écureuil de Canton

Par Baudouin Eschapasse
·1 min de lecture
Avec son mari et son fils, Annette Wieviorka s’est installée à Canton comme professeure de français en 1974. Sa famille et elle y ont séjourné deux ans. De cette expérience, l'intellectuelle tire, 40 ans après, un récit doux-amer sur une époque pleine d'illusions...
Avec son mari et son fils, Annette Wieviorka s’est installée à Canton comme professeure de français en 1974. Sa famille et elle y ont séjourné deux ans. De cette expérience, l'intellectuelle tire, 40 ans après, un récit doux-amer sur une époque pleine d'illusions...

Elle a été maoïste et ne s'en cache pas. Elle en est revenue et elle explique pourquoi. Annette Wieviorka, dont les travaux de recherche sur la Seconde Guerre mondiale, et plus spécifiquement sur la Shoah, font aujourd'hui autorité, avait fait son examen de conscience, en la matière, dès son premier livre : L'Écureuil de Chine (paru en 1979). Quatre décennies plus tard, elle y revient en creusant de nouveau le sujet à la faveur d'un récit autobiographique* touchant de sincérité où l'historienne ne s'épargne pas.

L'écureuil de son premier livre ? C'est elle. « Le mot wiewiorka, en polonais, désigne cet animal », sourit-elle. Son grand-père, l'écrivain Wolf Wiewiorka (né à ?yrardów en 1898 et mort, assassiné à Auschwitz, en janvier 1945) a vu disparaître le deuxième w de son patronyme à son arrivée en France, en 1924. « Quand je vais en Pologne, je suis toujours amusée de voir les douaniers restituer l'orthographe initiale de mon nom », glisse-t-elle.

À LIRE AUSSISoixante ans après, le procès d'Adolf Eichmann? vu par Annette Wieviorka.

Née trois ans après la Libération et quelques mois seulement avant l'avènement de la République populaire de Chine, Annette Wieviorka fait débuter son récit à l'été 1970. Elle a 22 ans et vient de se marier quand elle découvre ce fascinant et mystérieux pays. Après des études de lettres, elle ne connaît pas grand-chose à la Chine, avoue-t-elle. Ayant participé aux manifestations de Mai 68, elle n'en est pas moins fascinée par le [...] Lire la suite