Annegret Kramp-Karrenbauer remplace Angela Merkel à la tête de la CDU

Le HuffPost avec AFP
Annegret Kramp-Karrenbauer et Angela Merkel après l'élection ce vendredi 7 décembre.

INTERNATIONAL - Présentée par la presse allemande comme "la mini-Merkel", Annegret Kramp-Karrenbauer continue à marcher dans les pas de l'actuelle chancelière. Ce vendredi 7 décembre, cette fidèle d'Angela Merkel a été élue à la tête de la CDU, le parti conservateur allemand.

L'actuelle numéro deux du parti démocrate-chrétien allemand, âgée de 56 ans, s'est imposée par vote avec seulement un peu plus de 51% des voix lors d'un congrès, face à un opposant interne à Angela Merkel, Friedrich Merz, qui entendait opérer un virage nettement à droite par rapport au cap centriste imprimé depuis 18 ans par la chancelière.

La nomination de Mme Kramp-Karrenbauer, surnommé par ses initiales "AKK", ouvre à terme les portes de la chancellerie à cette Sarroise encore inconnue il y a un an en Allemagne. Et elle augmente aussi les chances qu'Angela Merkel parvienne à boucler son mandat de chancelière en 2021, comme elle le souhaite.

A l'annonce des résultats, la majorité du millier de délégués présent dans un hall de la foire de Hambourg plein à craquer se sont levés, certains scandant "AKK! AKK!." Très émue, l'heureuse élue s'est dirigée vers le podium où elle a embrassé Angela Merkel, son mentor. Elle a remercié ses deux adversaires "pour une compétition juste": Friedrich Merz et le jeune ministre de la Santé Jens Spahn, un autre anti-Merkel, éliminé au premier tour, et a promis de travailler avec eux dans l'avenir.

Garder "la boussole"


Cette mère de trois enfants, qui a fait presque toute sa carrière dans la Sarre, a endossé globalement la politique centriste d'Angela Merkel, alors que ses rivaux préconisaient un virage très conservateur afin de récupérer les électeurs partis voter pour l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), le parti d'extrême droite entré il y a un an à la chambre des députés.

Dans son discours, la secrétaire générale a appelé à garder la "boussole" et à protéger ses valeurs chrétiennes et démocrates. Elle s'est également défendue d'être une...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post