Anne-Sophie Nogaret : « Le discours de Mahjoubi correspond à ce que pensent la plupart des imams en France »

Le JDD. L’imam tunisien Mahjoub Mahjoubi a été expulsé ce 22 février pour un prêche relevant de l’appel à la haine. S’agit-il d’un fait nouveau ?

Anne-Sophie Nogaret. Non bien sûr, il ne s’agit pas d’un fait nouveau. Le discours qu’a tenu Mahjoubi correspond à ce que pensent la plupart des imams officiant en France, qui sont soit salafistes, soit fréristes : l’islam traditionnel n’existe plus vraiment, étouffé par le fréro-salafisme. Simplement, sachant que les mosquées sont surveillées, et que de tels propos tombent sous le coup de la loi, les imams prennent garde à ce qu’ils disent pendant leurs prêches. Les institutionnels musulmans, comme Chems-Eddine Hafiz, recteur de la mosquée de Paris ou Tareq Oubrou se sont certes immédiatement désolidarisés de leur collègue du Gard.

Néanmoins, si on écoute les propos tenus par l'imam et essayiste Tareq Oubrou sur BFMTV le 20 février, on reste songeur : il met en avant le « délire », la « transe » qui aurait saisi Mahjoubi, argument qui permet de dédouaner l’islam, qui implicitement n’aurait donc aucun rapport avec les propos tenus par ce dernier (ce qui est faux). Il conclut l’interview de façon très ambiguë : cet imam, selon lui, est surtout coupable d’avoir « mal préparé son sermon ». Le problème selon lui ne serait donc pas le fond du propos, mais bel et bien le fait que Mahjoubi ait péché par imprudence…

Les propos de Mahjoubi s’inscrivent pleinement dans le référentiel des Frères musulmans, pour qui la France

Dans sa pr...


Lire la suite sur LeJDD