Anne-Sophie Lapix éloignée de ses enfants : « Je préfère travailler que ronger mon frein »

À situation exceptionnelle, JT exceptionnel. La production d'Un si grand soleil mise en pause en raison de l'épidémie de coronavirus, France 2 a dû bouleverser sa grille pour combler la case occupée par son feuilleton phare, diffusé chaque soir à 20h40. Le JT de 20 Heures a donc été rallongé de vingt minutes, pour permettre aux téléspectateurs de poser en direct leurs questions sur l'épidémie. Pour Anne-Sophie Lapix, aux commandes, c'est toute l'organisation du journal qu'il a alors fallu revoir. Loin de s'en plaindre, la journaliste a vu dans cette situation un moyen de ne pas penser à l'éloignement de ses enfants. "Je préfère travailler que ronger mon frein", a-t-elle assuré au Parisien.

De fait, depuis le remaniement du JT, la présentatrice ne compte pas ses heures, la majorité des journalistes de son équipe étant désormais en télétravail. Au-delà des effectifs réduits sur place, Anne-Sophie Lapix a dû aussi composer avec les nouvelles règles de précaution imposées au sein de la chaine. "En conférence de rédaction, on fait venir les chefs de service un par un et on laisse un siège de libre entre nous. Jeudi soir, j'étais épaulée par une personne au lieu de cinq", détaille-t-elle au Parisien. Des conditions difficiles qui se sont aussi ressenties en direct, comme lors de l'interview du Premier ministre en duplex.

Anne-Sophie Lapix se prépare encore à vivre quelques temps ce rythme soutenu, la chaine s'étant engagée à assurer ce format de JT rallongé pendant deux semaines, sauf

Retrouvez cet article sur GALA

Charlotte Gainsbourg : pourquoi sa fille Joe connaît à peine sa grand-mère Jane Birkin
Pandémie : quand Elise Lucet s'étonnait des deux milliards de masques achetés par Roselyne Bachelot
VIDÉO - Quand Michel Drucker présente Vivement Dimanche seul sur le plateau : “C’est intime”
Meghan Markle et Harry fêtent les mamans : comment ils se démarquent de Kate Middleton et William
Un troisième ministre positif au coronavirus : “que des symptômes bénins”, rassure Emmanuelle Wargon