Anne Méaux, la surchargée de com de François Fillon

Libération.fr

La patronne de la florissante agence Image 7 a la délicate tâche de conseiller le candidat de la droite, malgré les réticences et les critiques d’une partie de l’équipe de campagne. Elle assure assumer les succès et surtout les échecs.

Elle donne sa «parole d’honneur». Non, elle n’a pas «coaché Fillon» par SMS pendant le Grand Débat, lundi sur TF1, comme on a pu le lire un peu partout. La communicante Anne Méaux proteste de sa bonne foi. Si on insistait, elle tiendrait à notre disposition son téléphone avec les messages envoyés ce soir-là. «Je lui ai lui juste écrit pendant la pause publicitaire. Pas pendant le débat. Ce serait d’ailleurs complètement idiot. Le meilleur moyen de le déstabiliser.» Méaux aurait même un alibi : dans les loges du studio de télé, elle a passé du temps, ce soir-là, au côté de Brigitte Macron, une voisine du Touquet avec qui elle s’entend «très bien».

Depuis décembre, son nom figure officiellement dans l’organigramme de l’équipe de campagne de François Fillon comme responsable de la communication. Anne Méaux, 62 ans, c’est d’abord la patronne d’Image 7, florissante entreprise de 70 salariés qui compte parmi ses clients une impressionnante brochette de grands patrons français. Maternelle et gouailleuse, tantôt protectrice, tantôt cinglante, elle sait manifestement se rendre indispensable. Ce qui lui vaut d’être affublée de superlatifs qu’elle s’empresse de juger «ridicules». Elle serait «la grande prêtresse», voire «la papesse» de la com.

Départ sans retour. Pour bien des fillonistes historiques, sa montée en puissance est un choc culturel. N’ont-ils pas été élevés, comme tous les héritiers du seguinisme, dans le culte du parler vrai et dans le mépris de ce qui relève de la «communication politique» ? Les critiques se sont tues après le triomphe de l’ex-Premier ministre à la primaire. Mais elles ont ressurgi depuis que les révélations du Canard enchaîné ont fait dérailler Fillon. Pour de nombreux responsables politiques, effarés par la (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Handicap : un militantisme neuf
Abattoir du Vigan : «On a été filmés ce jour-là, pas de chance»
968
Bataclan : un terroriste a-t-il feint d’être mort pour ne pas être repéré ?
Discriminations Age, origine et sexe restent sources d’exclusion au travail

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages