Pour Anne Hidalgo, "il ne fallait pas interdire la Fête de la musique"

Même si des images d'attroupements dans les rues de la capitale, sans respect des consignes sanitaires, font le tour des réseaux sociaux, Anne Hidalgo a estimé lundi qu'"il ne fallait pas interdire la Fête de la musique".

La maire PS de Paris, candidate à sa succession, Anne Hidalgo, a estimé lundi qu'"il ne fallait pas interdire la Fête de la musique", en dépit des attroupements observés dimanche dans les rues de la capitale de Parisiens, et du non-respect des consignes sanitaires.

Elle a par ailleurs confié avoir été testée positive au test sérologique du Covid-19, en ajoutant: "Je suis dans la situation idéale où je n'ai pas eu vraiment de symptôme".

"C'est difficile de contester cette soif de vivre"

Selon la candidate de la gauche aux élections municipales parisiennes, interrogée par BFM Paris, après deux mois de confinement et dans une ville où le déconfinement s'est fait très progressivement, "on sent bien qu'il y a cette envie de sortir, de faire la fête" et "c'est difficile de contester cette soif de vivre".

Lire aussi : "Ça suffit le bashing", Anne Hidalgo prend la défense des Parisiens

"Bien sûr, ç'eût été mieux avec des masques, avec peut-être moins de monde", a ajouté la candidate de la plateforme "Paris en Commun" soutenue par les communistes, élus de Générations, socialistes, et alliés des écologistes, qui admet qu'"il y a du relâchement" à Paris.

"Le masque est obligatoire dans les transports en commun, et c'est très bien", mais dans l'espace public, "le port du masque recommandé doit faire l'objet de beaucoup de pédagogie encore", a-t-elle estimé, rappelant que "l'épidémie est toujours là".

Interrogée par RTL sur les rassemblements festifs dimanche, la candidate de LREM, Agnès Buzyn, a elle affirmé lundi qu'il fallait "rester prudent". "Ces images m'inquiètent un peu", a ajouté la professeure d'hématologie, tout en notant qu'elles ne représentent "pas la majorité" des évènements.


Lire la suite sur Paris Match