Anne Hidalgo se déclare officiellement candidate à la présidentielle

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a officiellement annoncé dimanche à Rouen, en Seine-Maritime, sa candidature à la présidentielle. «Je veux que tous les enfants de France aient la même chance que celle qui m’a été donnée. Je suis candidate pour offrir un avenir à nos enfants, à tous nos enfants», a-t-elle déclaré. 

C'est sur les quais de Seine à Rouen, ville dirigée par l'un de ses proches, le jeune maire socialiste Nicolas Mayer-Rossignol, qu'Anne Hidalgo a décidé de se lancer dans la course à l'Elysée. S'exprimant à côté des drapeaux français et européen, avec en fond la Seine et le 106, ancien hangar transformé en salle de concert, et ses deux grues jaunes, la maire de Paris a pris la parole dimanche à 10h45. «Chers Françaises, chers Français, dans cette belle cité de Rouen, ville d'histoire et de labeur, ville d'invention, de commerce et de culture, je viens vous parler de la France», a-t-elle introduit.

Elle évoque ses parents, son grand-père et sa naturalisation

Après quelques mots de présentation de la ville qui l'accueille, son histoire, sa culture mais aussi le «terrible accident de l'usine Lubrizol» en 2019, elle a résumé son parcours personnel. «Moi une femme française, née en Espagne, arrivée dans notre pays à l'âge de 2 ans, élevée à Lyon dans un quartier attachant, un quartier populaire et aujourd'hui sur ce port de Rouen, je pense à mon père qui fut ouvrier sur le chantier naval de Cadix (Espagne), je pense aussi à ma mère couturière. Ils ont fait le choix de la France pour offrir une éducation et un avenir à ma soeur et à moi».

Elle a évoqué aussi son grand-père paternel «républicain espagnol condamné à mort par un tribunal militaire franquiste». «Il a connu la douleur de l'exil puis de la prison et il a transmis à mon père l'amour de la France pays des libertés, de la République et de Victor Hugo», a-t-elle poursuivi. Devenue française «par choix à l'âge de 14 ans», elle a également confié à l'assistance «garder toujours près d'(elle) , (son) décret de naturalisation comme ce symbole de (son) adhésion à notre(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles