Anne Hidalgo critiquée : « sa manœuvre à deux balles » irrite ses rivales

Ce mercredi 24 juin, Anne Hidalgo a pris tout le monde de court en annonçant, quatre heures avant le dernier débat télévisé organisé par BFMTV, qu'elle n'y participerait pas par solidarité avec les salariés en grève de la chaîne et de ceux de RMC. Un coup de théâtre qui a quelque peu agacé ses rivales, Rachida Dati et Agnès Buzyn qui, d'après les informations du Parisien, y verraient là une stratégie de la maire sortante pour "fuir les questions sur son bilan".

"Je regrette l'instrumentalisation d'un combat légitime dans une période très troublée", confie Rachida Dati. "C'est vraiment se foutre de la gueule du monde que de refuser ce débat à quatre jours d'une élection, s'insurge de son côté un élu les Républicains influent, C'est indigne de la maire de Paris de se livrer à cette petite manœuvre à deux balles". Même son de cloche du côté de l'entourage d'Agnès Buzyn qui regrette que "comme souvent", l'épouse de Jean-Marc Germain soit "dans la tactique politique pure". "Elle s'appuie sur les grévistes de BFM pour envoyer un signal à ses électeurs les plus à gauche afin de leur dire 'je suis avec vous'", souffle un proche de la candidate LREM.

Anne Hidalgo monte au créneau

Droite dans ses bottes, l'édile, qu'Emmanuel Macron trouve "indocile" et "dangereuse", se défend de toute stratégie. "C'est une blague ?", s'agace Emmanuel Grégoire, son premier adjoint et directeur de campagne, à la lecture de ces critiques. "Ce n'est pas nous qui avons décidé de ce plan social et cette grève.

Retrouvez cet article sur GALA

Jean-Marie Bigard candidat à la présidentielle ? “Une connerie” pour Elie Semoun
Laeticia Hallyday : sa “mise en scène” surprenante pour l’anniversaire de Johnny
“Meghan Markle va gâcher la vie de Harry” : les Sussex face à une nouvelle attaque
VIDEO - Pierre-Jean Chalençon "blessé et attaqué", il craque en direct
VIDEO - Amanda Sthers : ce beau geste qu'elle a pour ses enfants