Anne Hidalgo "choquée" par les images de l’évacuation des Quais de Seine ce week-end

·2 min de lecture

Interrogée sur France Inter lundi, la maire de Paris a dit avoir été choquée par les images de l’évacuation des Quais de Seine ce week-end par les forces de l’ordre et assuré ne pas avoir été prévenue.

Les Parisiens ne sont pour l’instant pas confinés le week-end, mais les autorités veillent à ce qu’ils ne se rassemblent pas afin de limiter la propagation du covid-19. Samedi, les Quais de Seine, particulièrement fréquentés par les habitants de la capitale, ont été évacués par les forces de l’ordre. Des images qui ont beaucoup fait parler, alors que la ville est l’une des plus densément peuplées du monde et que les grands espaces extérieurs sont limités.

La maire, Anne Hidalgo – qui s’est prononcée contre un confinement le week-end – s’est dite «choquée» lundi sur France Inter. Elle a expliqué ne pas avoir été prévenue par cette évacuation lancée par la préfecture. «Evidemment qu’il faut vérifier que les gens respectent les gestes barrière, ne font pas n’importe quoi, et objectivement, quand même, depuis plus d’un an, on peut dire que les Français, les Parisiens sont très raisonnables», a-t-elle commenté. «Je suis maire de la capitale, voir une opération d’évacuation des Quais de Seine sans même avoir été prévenue, c’est quand même très choquant», a-t-elle ajouté, indiquant avoir dans la journée une réunion avec le préfet de police au cours de laquelle elle lui «demandera la base légale» de cette évacuation.

"Le respect de toutes les autorités"

Anne Hidalgo a rappelé qu’il était important d’intervenir lorsque les «gens ne respectent pas les gestes barrière», notamment lorsqu’ils sont en train de «consommer des boissons, sans masque, à quelques centimètres les uns des autres» mais elle a également dit que parmi les personnes présentes ce week-end le long des Quais, se trouvaient des «parents avec des poussettes, juste des personnes qui se promenaient». «Bien sûr, il y avait beaucoup de monde, mais on le sait, il vaut(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu peut également vous intéresser :