Anne Hidalgo, la candidate qui cherche sa marque

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

POLITIQUE - Une nouvelle candidature “gaulliste” à la présidentielle? À l’occasion du 51e anniversaire de la mort du général, ce mardi 9 novembre, outre le Premier ministre Jean Castex suivi par les cinq candidats à la primaire LR qui ont eux aussi déposé, ensemble, une gerbe de fleurs devant la célèbre Croix de Lorraine à Colombey-les-Deux-Eglises, Anne Hidalgo avait aussi fait le déplacement en Haute-Marne.

À l’issue de la cérémonie, la candidate à la présidentielle soutenue par le Parti socialiste a déclaré être “gaulliste du 18 juin”. Un hommage à la figure tutélaire de la Résistance rendu officiellement comme maire de Paris, une des cinq villes françaises Compagnon de la Libération. Mais en pleine campagne électorale, les mots choisis par Anne Hidalgo se positionnant comme “gaulliste” peuvent surprendre. D’autant qu’en novembre 2013, son premier déplacement à Colombey-les-Deux-Eglises, avec déjà une double casquette de première adjointe au maire de Paris et candidate à la succession de Bertrand Delanoë, avait suscité quelques grincements de dents chez des élus de droite. À la remarque de Jean-Pierre Elkabbach la qualifiant sur Europe 1 de “gaulliste de circonstances électorales”, si Anne Hidalgo récusait tout opportunisme, elle ne revendiquait alors pas l’étiquette de “gaulliste du 18 juin” pour autant.

En matière d’affichage, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, les déclarations successives d’Anne Hidalgo depuis l’officialisation de sa candidature à la présidentielle ont de quoi dérouter ses électeurs potentiels. “Je suis une écologiste”, a-t-elle d’abord affirmé sur France 2 le 12 septembre, face à un Laurent Delahousse pointant son manque d’appétence à se dire socialiste.

"Je me définis comme sociale-démocrate."Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate à la présidentielle.

Se définissant ensuite comme “une femme de gauche” et ”écologiste” au micro de FranceInfo le 25 octobre, elle a qualifié sa candidature à la présidentielle de “sociale-démocrate assumée et écologiste assumée” le 31 octobre sur RTL-LCI. “Je me définis comme une sociale-démocrate”, a finalement tranché Anne Hidalgo le 6 novembre sur BFMTV, après avoir reçu le soutien de François Hollande, trois jours avant d’endosser l’étiquette “gaulliste”.

Au fil des jours, et aussi des critiques émises par Yannick Jadot, candidat EELV à la présidentielle de 2022, jugeant notamment ni écolo ni sociale la proposition d’Anne Hidalgo de baisser la TVA sur les carburants afin d’atténuer l’envolée des prix, la maire de Paris semble mettre en sourdine son positionnement écologiste pourtant martelé au début de sa campagne. 

À voir également sur Le HuffPost: Au meeting d’Hidalgo, l’optimisme pour oublier le faux départ

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles