Anne Hidalgo épingle Emmanuel Macron : "depuis 2017, rien n'a changé en mieux"

·1 min de lecture

Anne Hidalgo, future présidente de la France ? En tout cas, dans un entretien donné au Journal du Dimanche, ce dimanche 10 janvier, la maire de Paris confirme ses intentions de jouer un rôle lors de la prochaine élection présidentielle en 2022 : "Je vous confirme que je prendrai toute ma part. Ma part à la réflexion pour inventer un autre chemin possible, loin des calculs. C'est une question de destin collectif avant d'être une question de personne ou d'envie. J'y participerai".

Dans cette interview, Anne Hidalgo dresse, en partie, les contours d'un projet présidentiel selon plusieurs valeurs qui lui tiennent à cœur : "Notre pays a touché les limites du néolibéralisme. Il faut inventer un autre modèle, tourné vers la transition écologique, dans une économie plus soucieuse du bien-être des individus et qui lutte contre les inégalités". Selon celle qui a été réélue maire de Paris en juin 2020, "les Français ne veulent pas qu'on les enferme dans un second tour Macron - Le Pen". Ainsi, elle se questionne "Et puis que donneraient cinq ans de plus avec Emmanuel Macron ?" avant d'affirmer "Depuis 2017, rien n'a changé en mieux".

Interrogée sur la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement et le président de la République, Anne Hidalgo ne mâche pas sa colère et ses critiques, notamment face à la certaine lenteur observée lors du débat de la campagne de vaccination pour le Covid-19 : "Je ne remets pas en question l'ordre de vaccination établi, qui commence par les plus fragiles. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Marie-Sophie Lacarrau a réclamé de faramineuses indemnités avant de quitter France 2
VIDÉO - Laurent Ruquier et Karine Lacombe : débat houleux dans "On est en direct"... Les twittos énervés
Meghan Markle a officiellement perdu ses chances d'obtenir la nationalité britannique
Roselyne Bachelot plus motivée que jamais et prête à se faire vacciner en public
Bruno Le Maire sort un livre en pleine pandémie et ça ne passe pas : "il aurait pu attendre"