Anna Wintour et Bill Nighy, "love actually"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avec lui, la reine des premiers rangs tombe le masque… et les lunettes noires. Son cœur, réputé de pierre, bat pour Bill Nighy et elle ne s’en cache plus. Pour l’acteur britannique, connu pour avoir joué dans « Pirates des Caraïbes », celle qui a inspiré « Le diable s’habille en Prada » s’est métamorphosée en une créature angélique.

Anna Wintour sourit. C’est rare. Anna Wintour rit. C’est improbable. Pis, Anna Wintour minaude. C’est exceptionnel. À 71 ans, elle assume être tombée sous le charme – indéniable – de Bill Nighy, qu’elle ne quitte plus du regard à cette table du Pierluigi, restaurant chic en plein cœur de Rome. Le 27 août, pour la deuxième fois en quelques jours, la papesse de la mode et l’acteur ont dîné ensemble dans la capitale italienne. Amis ou amants, on ne sait pas encore. Mais tout de même… la veille, Bill était arrivé à table avec des roses rouges. Cette fois, ils se sont enlacés, mais avec retenue, avant de repartir ensemble, plus souriants que jamais.

Lire aussi:André Leon Talley : "Mon histoire avec Anna Wintour est très complexe"

Anna Wintour n’est pourtant pas une personne gaie. L’année de la pandémie aurait pu à elle seule justifier son regard froid, ses bras croisés et ses lèvres pincées. On a écrit que 2020 serait son année noire, qu’elle signerait la fin de son règne et amorcerait, enfin, son déclin, après plus de trois décennies chez « Vogue ». Son ex-bras droit, André Leon Talley, avait dressé dans son livre un portrait au vitriol de cette ancienne amie qui l’avait viré sans égards. En pleine révolte Black Lives Matter, la « fashion bible » et celle qui la dirige étaient assaillies de critiques pour manque de diversité. Sans oublier la révélation du divorce avec Shelby Bryan, son compagnon depuis vingt ans. Quelle annus horribilis…

Le début de 2021 ne s’annonçait guère plus joyeux : les employés en situation précaire de Condé Nast, maison mère de « Vogue » et de plusieurs titres que dirige Mme Wintour, manifestaient devant sa demeure new-yorkaise à Greenwich Village. Mais Anna Wintour semble indétrônable. De telles(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles