« Anna » : la série choc d'Arte sur un monde sans adultes

·1 min de lecture
« Anna », une minisérie sombre et poétique.
« Anna », une minisérie sombre et poétique.

Les images peuvent heurter, comme le dit la formule consacrée, tant les thèmes, étranges, abrupts, transgressifs, placent le spectateur dans une situation d?inconfort. Mais aussi face à une esthétique et à un imaginaire faramineux qui subliment l?enfer en conte de fées trash, en parabole postapocalyptique chez des néoprimitifs prépubères. Au début, pourtant, ce n?est presque rien. Une petite toux, suivie de quelques érythèmes sur la peau. Puis la fièvre, terrible, qui plonge le corps dans un état de faiblesse tel que seules les expectorations toujours plus violentes parviennent encore à le soulever. Jusqu?à l?asphyxie fatale, inéluctable, dans les semaines qui suivent.

Des symptômes qui font froid dans le dos en temps de pandémie, bien que ce ne soit pas le Covid-19 qui ait inspiré Niccolo Ammaniti mais « la Rouge », une nouvelle grippe qui n?affecte que les adultes dans le roman dystopique Anna, paru en 2016. C?était neuf ans après que ce romancier ? dont le succès a passé les Alpes, puisqu?il est traduit chez nous depuis vingt ans ? eut reçu le prix Strega (l?équivalent du Goncourt en Italie) pour Comme Dieu le veut. Son passage derrière la caméra, en tant que scénariste et réalisateur de la minisérie Il Miracolo, sa première, une création qui narrait la découverte à Rome d?une Vierge aux larmes de sang, a rassemblé 7 500 000 téléspectateurs en janvier 2019. De quoi être plébiscité par Arte pour un retour, que voici, avec une adaptation d?Anna, sorte de f [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles