Des années 1980 à aujourd'hui, retour sur l'histoire du mot "beurette"

Brut.

L'histoire du mot "beurette" remonte aux années 1980. En 1983, du 15 octobre au 3 décembre, des milliers de personnes issus des quartiers populaires marchent de Marseille à Paris pour dénoncer le racisme, la répression policière et les crimes racistes. C'est la Marche pour l'égalité et contre le racisme, un mouvement très vite rebaptisé "Marche des beurs" par les médias. Néanmoins, le terme ne convient pas toujours aux femmes et hommes concernés. "Non, je ne me reconnais pas dans ce terme, disons que je m'identifierais plutôt comme une française d'origine maghrébine", estimait Adja, interrogée dans l'émission Envoyé Special en 1993.

"Une tonalité paternaliste"

Cette jeunesse va très vite être désignée comme "la génération beur". Si l'idée est de mettre en avant une génération qui est apte, "qui a une aspiration à l'intégration", la sociologue et anthropologue Nacira Guénif-Souilamas estime qu'il y a "une tonalité paternaliste très forte dans cette expression, une forme de condescendance qui conduit à les mettre sous tutelle littéralement."

Le mot beur est une contraction du verlan d'"arabe". Le mot féminin "beurette", quant à lui, apparaît plus tard. Dans les médias ce mot définit les femmes d'origine maghrébine. "On ajoute le suffixe qui est un suffixe qui accentue encore plus la mise sous tutelle, la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi