Une année tumultueuse sur Terre vue de l’espace

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

Cette année 2020 n’aura décidément pas été une année comme les autres. Depuis les méga-incendies qui ont ravagé l’Australie jusqu’à une saison des ouragans hors normes. La crise climatique semble s’être brutalement intensifiée. Croisant même le chemin d’une crise sanitaire sans précédent.

Notre belle planète en gardera longtemps les cicatrices. Dans ses paysages. Dans son atmosphère. Mais pour nous, simples humains, la meilleure façon de saisir l’étendue de ces tristes événements reste peut-être de prendre un peu de hauteur.

Des feux de forêt en Australie

Pendant des semaines, les satellites — ici la suite de radiomètres pour imageurs dans l’infrarouge et le visible (VIIIRS) — ont traqué les fumées des incendies monstres qui ont dévasté l’Australie. © Colin Seftor, Nasa
Pendant des semaines, les satellites — ici la suite de radiomètres pour imageurs dans l’infrarouge et le visible (VIIIRS) — ont traqué les fumées des incendies monstres qui ont dévasté l’Australie. © Colin Seftor, Nasa

2020, c’est d’abord l’année des feux de forêt

La série a commencé du côté de l’Australie avec une saison des incendies qui a battu de tristes records. Entre juillet 2019 et mars 2020, ce ne sont pas moins de 11 millions d’hectares de brousse qui ont brûlé. Résultat : d’immenses pyrocumulonimbus concentrant des centaines de milliers de tonnes de fumée se sont élevés jusque dans la stratosphère. Ils ont même atteint une altitude record de 31 kilomètres, pénétrant la couche d’ozone qui protège la Terre. S’étendant sur des milliers de kilomètres. Jusqu’à, par moments, s’enrouler tout autour de l’hémisphère sud !

Un épisode au bien triste bilan carbone. Fin janvier déjà, certains estimaient que les feux de forêt qui ont ravagé l’Australie en 2020 ont été à l’origine de l’émission de 900 mégatonnes de CO2. C’est presque le double de ce que le pays émet annuellement.

Les fumées des incendies en Australie ont formé un gigantesque vortex dans la stratosphère

Pour la vie, triste bilan également puisque quelque trois milliards d’animaux ont péri dans les flammes. Parmi lesquels, plus de 60.000 koalas et cinq millions de kangourous.

Selon les chercheurs, le changement climatique augmente de 30 % la probabilité de voir...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura