Une année catastrophique pour les apiculteurs : "On a plus de 90% de perte"

·1 min de lecture

Chez les "Apiculteurs Berger" à Reichstett, près de Strasbourg, l'année est catastrophique. "En règle générale, on tourne autour de 18 à 20 tonnes de miel par an... Et là, cette année on a une 1,5 tonne, plus de 90% de perte, c'est plus qu'énorme", constate Joël Gross. Une situation difficile pour l'apiculteur et liée aux mauvaises conditions météorologiques du printemps et de l'été 2021.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"On n'a jamais vécu ça en 42 ans"

Les abeilles des 600 ruches de Joël Gross ont survécu au froid, au gel et à la pluie de ces derniers mois. Mais à quel prix ? Elles ont dû garder pour elles le peu de miel qu’elles avaient réussi à produire. Résultat : il ne reste presque plus rien pour l’apiculteur. Il doit donc ressortir les stocks de l’année dernière mais dans la boutique de l’exploitation, gérée par Fabienne, certains rayons sont bien vides. "Il nous manque le miel d’acacia, le miel de tilleul, le miel de châtaigne, de forêt", note-t-elle. "C’est l’extrême cette année, on n’a jamais vécu ça en 42 ans, c’est inimaginable !"

Privilégier le miel local

Plus que d’habitude encore, les apiculteurs comptent sur leurs clients. "Oui, la vente en direct est très importante. Les apiculteurs d’Alsace sont là. Les cuves ne sont pas remplies mais on est là", assure Fabienne. "Petit apiculteur, grand apiculteur : peu importe. Allez directement à la source, c’est un gage de qualité quand même", lance Joël Gross. D’autant que si le miel es...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles