Anmar Hijazi Syrie

Libération.fr

A 20 ans, elle travaillait déjà dans la boîte de production de son frère à Damas et organisait des festivals de poésie, de théâtre… «Je suis née dans ce milieu, mon père est écrivain. Je voulais voir si toute seule, j’arriverai à quelque chose aussi.» A 25 ans, elle part à Paris «étudier le cinéma». Assez vite, elle se met à raconter, «relayer ce qui se passe dans [s]on pays». Elle devient journaliste pour France 24 entre autres. Reçoit alors des menaces. Elle sait aujourd’hui qu’elle ne pourra plus rentrer chez elle. «Je dois l’accepter. C’est difficile à décrire. Comme si je n’avais plus de dos, je sais que je ne peux pas me retourner.»

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Adjim Danngar Tchad
Rooh Shahsavar Iran
Arman Tajiki Afghanistan
Carlos Arbeláez Colombie
«Dès qu’une parcelle se libère, on est cinq dessus»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages