Ankara veut organiser 30 meetings pro-Erdogan en Allemagne

Le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu lors d'un meeting à la résidence du consul général de Turquie à Hambourg, le 7 mars 2017

Istanbul (AFP) - Ankara a informé Berlin de son souhait d'organiser une trentaine de meetings pro-Erdogan supplémentaires en Allemagne, malgré la récente annulation de plusieurs rassemblements au prix de tensions entre les deux pays, a indiqué jeudi le chef de la diplomatie turque.

"Nous avons l'intention d'organiser environ 30 rassemblements. Nous en avons informé les autorités allemandes", a déclaré Mevlüt Cavusoglu, cité par la chaîne d'information CNN-Türk.

Les relations entre Berlin et Ankara se sont fortement tendues ces derniers jours après l'annulation par plusieurs villes allemandes de rassemblements visant à promouvoir une réforme renforçant les pouvoirs de Recep Tayyip Erdogan soumise à référendum le 16 avril en Turquie.

L'Allemagne accueille la plus grande diaspora turque au monde, avec quelque trois millions de personnes, dont près de la moitié ont le droit vote, un nombre non négligeable pour un scrutin qui s'annonce serré.

M. Cavusoglu s'était lui-même rendu cette semaine en Allemagne pour défendre cette réforme malgré l'annulation en cascade des autorisations pour un meeting qui était prévu à Hambourg (nord). Il s'était finalement exprimé depuis le balcon du consulat général de Turquie.

M. Erdogan a comparé dimanche les annulations de meetings à des "pratiques nazies", provoquant la consternation du gouvernement allemand et de l'Union européenne.

Revenant sur cette comparaison, M. Cavusoglu a déclaré : "Nous ne disons pas que le gouvernement actuel est nazi. Mais, qu'on le veuille ou non, ses pratiques nous rappellent les pratiques de cette époque-là".

Les rapports se sont également tendus entre la Turquie et les Pays-Bas, où plusieurs voix ont appelé à interdire les rassemblements de campagne de dirigeants turcs.

C'est notamment le cas du chef de file de l'extrême droite néerlandaise, Geert Wilders, que M. Cavusoglu a vivement critiqué jeudi : "Nous n'avons pas peur des racistes (...) et des fascistes", a lancé le chef de la diplomatie turque à son endroit.

M. Cavusoglu a affirmé que "personne" ne pourrait l'empêcher de se rendre aux Pays-Bas, où un meeting pro-Erdogan auquel il devait participer samedi a été annulé.

Il a affirmé qu'il pourrait reporter sa visite à une date postérieure aux élections législatives qui se tiendront dans ce pays le 15 mars. M. Cavusoglu et son homologue néerlandais ont eu un entretien téléphonique jeudi soir, selon un haut responsable turc.

La ministre turque de la Famille et des Politiques sociales Fatma Betül Sayan Kaya se rendra elle vendredi aux Pays-Bas pour promouvoir la réforme constitutionnelle, a rapporté la chaîne de télévision publique turque TRT.

Mais la municipalité de Hengelo (est), où devait s'exprimer la ministre, a indiqué jeudi soir que le propriétaire du lieu devant accueillir le rassemblement avait retiré son accord.

Et le propriétaire d'une autre salle dans la ville voisine de Wehl, qui devait être une solution de repli pour Mme Sayan Kaya, a lui aussi renoncé à accueillir son meeting, selon l'agence de presse ANP.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages