Anjali Lama, mannequin transgenre, va défiler à la Lakmé Fashion week de Bombay

Culturebox (avec AFP)
Née homme dans la campagne du Népal, la mannequin Anjali Lama sera la première transsexuelle à défiler à la Lakmé Fashion Week de Bombay. Espérant inspirer les transgenres du sous-continent, elle rêve de marcher un jour dans les pas d'autres mannequins transgenres sur les podiums de New York, Milan et Paris.

Ostracisée par les membres de sa famille lorsqu'elle leur a annoncé il y douze ans qu'elle souhaitait vivre en tant que femme, Anjali Lama a surmonté les obstacles pour devenir la première top-model transsexuelle de son pays himalayen. Un parcours qui l'amène à défiler à la Lakmé Fashion Week de Bombay, prestigieux rendez-vous de la mode en Inde qui se tient du 1er au 5 février 2017.

"Grandir au Népal en tant que transgenre était extrêmement difficile", raconte Anjali Lama lors d'une interview par email avec l'AFP. "Dans les pays d'Asie du Sud, les gens ne sont pas tolérants, ils traitent (la transidentité) comme une maladie. On vous regarde différemment et on vous traite différemment". "Il faut rester solide pour réaliser ses rêves", ajoute cette femme de 32 ans.
Venue au monde sous le nom de Nabin Waiba dans une famille de fermiers pauvres sur les contreforts de l'Himalaya, Anjali Lama a toujours eu le sentiment d'être née dans le mauvais corps. A l'âge de 20 ans, elle s'habille en femme pour la première fois. "Je savais que je ne pouvais vivre dans ce que je ressentais comme un corps étranger. Pour cela, j'étais prête à affronter les railleries que les gens me lanceraient", explique-t-elle. "La plupart des gens, dont mes propres frères, n'étaient pas disposés à m'accepter pour ce que j'étais. J'ai dû rester forte et croire en moi-même. Ma mère et mes soeurs ont été les seules à me soutenir."

A Katmandou, la capitale népalaise où elle a déménagé pour ses études, Anjali Lama s'engage dans un groupe de défense des droits des LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) nommé Blue Diamond Society. En 2009, elle subit une chirurgie de réattribution sexuelle partielle. Mais elle ne se découvre un intérêt pour le mannequinat que lorsque sa photo apparaît en couverture d'un magazine consacrant un article aux transgenres.

New York, Milan, Paris ?

Elle prend des leçons de mannequinat mais ses (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr

Je suis un mannequin homme, androgyne. Je pose pour des sous-vêtements féminins
Mannequin androgyne, Tamy Glauser défile chez les hommes et les femmes
Haute joaillerie : le diamant, une pierre éternelle au coeur des sertissages
Givenchy : départ du directeur artistique Riccardo Tisci
Ralph Lauren : le nouveau directeur Stefan Larsson déjà sur le départ

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages