Animaux. En Indonésie, le dragon de Komodo est menacé, mais par qui ?

·1 min de lecture

Les dragons de Komodo sont menacés d’extinction, mais est-ce à cause du changement climatique ou de l’activité touristique ? s’interroge le Jakarta Post après la décision de l’Union internationale pour la conservation de la nature d’inscrire ces varans géants sur la liste rouge des espèces menacées.

Présents sur ce territoire depuis des millions d’années, les dragons de Komodo, ou Varanus komodoensis de leur nom scientifique, étaient depuis vingt-cinq ans classés parmi les “espèces vulnérables” par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Dans son dernier baromètre dévoilé en septembre, l’organisation installée en Suisse a inscrit ces varans géants sur la liste des espèces “en danger critique d’extinction”. Selon le Jakarta Post, l’IUCN explique cette réévaluation par les prévisions de “l’élévation du niveau de la mer causée par le changement climatique, qui devrait réduire de 30 % l’habitat viable du dragon de Komodo au cours des quarante-cinq prochaines années”.

S’ils s’accordent sur le danger encourru par l’espèce, plusieurs scientifiques indonésiens ne partagent pas l’avis selon lequel le déréglement climatique est la principale menace pesant sur les dragons. Comme Aditya Dimas Pramudya, professeur d’écologie à l’Institut technologique de Bandung (ITB) :

À mon avis, l’élévation du niveau de la mer ne peut pas pour le moment être classée comme une menace substantielle [pour les dragons de Komodo], en particulier lorsque nous la comparons avec la chasse illégale, qui provoque une diminution des proies dont se nourrissent les Komodo.”

Selon l’UICN, les îlots indonésiens du parc national de Komodo, dans l’archipel

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles