Animalerie, delphinarium, cirque : le Sénat prêt à défendre ses lignes rouges

·2 min de lecture

Maintien des animaleries et d'animaux sauvages dans les cirques itinérants et delphinariums : le Sénat dominé par l'opposition de droite s'apprête à défendre ses "lignes rouges" lors de l'examen à partir du 30 septembre d'une proposition de loi pour lutter contre la maltraitance animale.

Maintien des animaleries et d'animaux sauvages dans les cirques itinérants et delphinariums : le Sénat dominé par l'opposition de droite s'apprête à défendre ses "lignes rouges" lors de l'examen à partir du 30 septembre d'une proposition de loi pour lutter contre la maltraitance animale. Le texte porté par la majorité présidentielle, adopté à la quasi-unanimité en janvier en première lecture par l'Assemblée nationale, doit en particulier contribuer à éviter les achats impulsifs d'animaux de compagnie, qui conduisent à trop d'abandons ensuite. Il entend aussi durcir les sanctions en cas de maltraitance.

Chaque année quelque 100.000 bêtes sont abandonnées en France. Rien que cet été, près de 16.900 animaux, un nombre record, ont été recueillis par la SPA, dont 11.669 chats. La proposition de loi crée un certificat de connaissance et d'engagement, qui sera remis lors de la première acquisition d'un animal de compagnie. Il rappellera les obligations de soins, de vaccination et les coûts à prévoir (nourriture, vétérinaire...). La commission des Affaires économiques du Sénat a complété cette "avancée" en instaurant un délai de réflexion de sept jours, "pour davantage responsabiliser les acquéreurs d'animaux de compagnie".

Mais en commission, les sénateurs ont maintenu la possibilité de ventes d'animaux de compagnie dans les animaleries, dont les députés ont voté l'interdiction pour 2024, comme demandé par les associations de protection des animaux. "Ce sont des commerces qui ont pignon sur rue, qui n'ont aucun intérêt à ternir leur image", a argumenté la rapporteure LR Anne Chain-Larché auprès de l'AFP. "Fermer les animaleries ferait inévitablement basculer vers un commerce illicite incontrôlable". Pour la rapporteure, c'est "une ligne rouge". En contrepartie, les sénateurs ont prévu une mise à jour régulière des réglementations s'appliquant à ces animaleries. Ils ont interdit les animaux en vitrine ou l'expédition postale, et introduit un partenariat entre refuges, assoc[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles