A Angoulême, un poney redonne le sourire aux sans-abri

La ponette Syoux et sa propriétaire Marie Pési (d) en compagnie d'un homme sans domicile fixe, lors d'une maraude sociale à Angoulême, le 27 mars 2024 (Thibaud MORITZ)
La ponette Syoux et sa propriétaire Marie Pési (d) en compagnie d'un homme sans domicile fixe, lors d'une maraude sociale à Angoulême, le 27 mars 2024 (Thibaud MORITZ)

"Je suis venu pour la soupe et le poney". Ils sont trois sans-abri rassemblés autour de Syoux, ponette de 18 ans, dans un parc d'Angoulême. L'association Omega expérimente, pour la deuxième fois, une maraude en présence de l'animal.

"Syoux aide à faciliter la communication avec les personnes SDF et parvient à leur faire oublier la rue quelques instants, le temps d'un moment convivial", explique Lucie Calou, 22 ans, et médiatrice sociale au sein de cette association qui vient notamment en aide aux personnes à la rue.

La jeune femme a lancé la première "maraude poney" en février 2024 avec l'association Omega. L'idée lui est venue "autour d'un verre" partagé avec sa professeur d'équitation Marie Pési, propriétaire de Syoux, qui emmène sa ponette faire le tour des Ehpad de la région depuis 2020.

Mercredi soir, Marie Pési a garé son van sur le tarmac du parc de Fregeneuil. Nathalie, habituée des maraudes d'Omega, est déjà là. Elle est venue voir la ponette et boire un café chaud. "Elle a une bien meilleure dentition que moi !", lâche-t-elle, hilare, nourrissant Syoux d'une carotte.

En brossant Syoux à l'aide d'une étrille, Nathalie fait le point sur sa situation avec Lucie Calou et sa collègue Céline Ménéghini, toutes deux vêtues du gilet vert fluo de l'association.

- "Ca nous fait du bien" -

Rico est, lui aussi, venu passer un moment au côté de Syoux, qu'il a déjà rencontrée en février. "Comment vas-tu, ma belle ?", lui lance-t-il, comme s'il saluait une vieille amie.

Rico a le regard doux, la moustache bien fournie et les traits fatigués d'une personne en errance. "Ca nous fait du bien de voir des animaux. On ne les trouve qu'à la campagne, sauf quand des animaux de ferme sont exposés dans le centre-ville pour Noël. Mais il y a trop de monde, je n'aime pas ça", confie-t-il, cannette de bière à la main.

"Tu veux boire un coup ?", demande-t-il à Syoux. "Vas-y, tu peux lui donner", rétorque Marie Pési, "c'est bon pour le poil !".

La jeune femme de 22 ans est monitrice d'équitation au Centre équestre des Eaux Claires situé à Vœuil-et-Giget, au sud d'Angoulême. Elle est devenue propriétaire de Syoux lorsqu'elle était enfant, pour participer à des compétitions équestres.

Quand la ponette est devenue trop âgée pour être montée, Marie Pési a voulu mettre Syoux au service des autres, en commençant par les résidents en Ehpad.

"On dirait qu'elle a fait ça toute sa vie ! Elle s'adapte aux lieux et aux gens qu'elle rencontre", s'enthousiasme la monitrice, qui tient à développer son projet de thérapie par le cheval. En effet, la jument pie balzan se laisse caresser sans broncher et effectue volontiers un tour de parc guidée par ceux qui le souhaitent, le pas énergique.

"Certains sans-abri que l'on suit sont de vrais caïds, mais deviennent calmes en présence de Syoux", affirme Céline Ménéghini.

"La thérapie par le cheval apprend la gestion des émotions, de la violence, la gestion des consommations aussi", renchérit Lucie Calou. "Cela permet également un travail sur l'affectif et l'estime de soi, en montrant que l'on est capable de prendre soin d'un animal", continue-t-elle.

Omega compte continuer les maraudes avec le poney une fois par mois, afin de permettre au public visé de passer un moment de douceur et d'apaisement, loin des galères quotidiennes de la rue. Lucie Calou et Marie Pési aimeraient même, à long terme, organiser des cours d'équitation pour les personnes sans-abri.

vla/gf/tsq/lbx