Angola: insécurité alimentaire dans le sud profondément touché par la sécheresse

·1 min de lecture

En Angola, plusieurs organisations humanitaires tirent la sonnette d’alarme. Près de six millions de personnes sont au bord de l’épuisement, faute de nourriture, dans le sud du pays, une région touchée par la pire sécheresse, en quarante ans, selon le Programme alimentaire mondial (PAM). Les provinces de Cunene et de Huila sont les plus touchées.

Selon des Organisations non gouvernementales (ONG) locales, près de 7 000 personnes, poussées par la faim, ont traversé la frontière avec la Namibie, ces derniers mois.

Une insécurité alimentaire due à la sécheresse mais également à des décisions politiques, dénoncent ces organisations. Depuis la fin de la guerre civile, il y a vingt ans, l’État angolais cherche à développer des élevages de bétail dans la région. Il a attribué ces terres fertiles communautaires à des éleveurs commerciaux, laissant ainsi ces communautés traditionnelles démunies.

Manque de moyens

Pour Domingos Fingo, responsable de l’association Des communautés en construction, le gouvernement n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation : « On a manqué de moyens pour faire face à cette situation. Comment c'est possible ? Donc nous, ce que l'on souhaite, c'est que l'État angolais déclare l'état d'urgence afin de venir en aide aux communautés locales qui sont en train de vivre une réalité complètement catastrophique. »

Avec plusieurs organisations locales, ils se sont déplacés jusqu’à Luanda, la capitale, pour rencontrer les autorités. Ils demandent que l’État reconnaisse sa responsabilité et déclare l’état d’urgence.

►À lire aussi : Angola: la sécheresse dans le Sud-Ouest oblige les familles à quitter leurs terres

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles