Angola : le clan de l'ancien président dos Santos dans les filets de la justice

franceinfo avec AFP

La guerre qui oppose l'ex-président angolais Jose Eduardo dos Santos au gouvernement de son successeur Joao Lourenço a repris de plus belle en Angola. Le parquet général angolais a ainsi annoncé, le 30 décembre 2019, qu'un tribunal de Luanda avait ordonné le gel des comptes bancaires et des actifs d'Isabel dos Santos, fille de l'ancien chef de l'Etat. Celle-ci est souvent présentée comme la femme la plus riche d'Afrique.

Depuis qu'il a pris les rênes de l'Angola en 2017, Joao Lourenço s'est débarrassé sans ménagement de tous les proches de son prédécesseur au nom de la lutte contre la corruption, qui cadenassaient l'Etat et ses entreprises publiques. Selon la justice, Isabel dos Santos est soupçonnée, avec son époux d'origine congolaise Sindika Dokolo et leur conseiller financier portugais, Mario da Silva, d'avoir détourné plus d'un milliard de dollars d'argent public.

"L'Etat, via ses entreprises (publiques) Sodiam (diamant) et Sonangol (pétrole), a transféré d'importantes sommes en devises étrangères qui ont bénéficié à des compagnies étrangères, dont les accusés sont les bénéficiaires, sans en obtenir le retour attendu", a indiqué le parquet.

Le 31 décembre, celle que les Angolais appellent "la princesse" a dénoncé des allégations truffées "de mensonges évidents, d'erreurs et d'omissions", "manifestement arbitraires et motivées politiquement".

Jose Eduardo dos Santos a (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi