Angoisse climatique, éco-anxiété: souffrez-vous de solastalgie?

Sandra Lorenzo
“Cette angoisse a toujours existé dans le militantisme écologique, mais elle s’est récemment aggravée sous l’effet d’une réduction des horizons temporels. Le dérèglement climatique ne va plus ­affecter les générations futures mais celles d’aujourd’hui. Ce sujet est tellement écrasant, d’un point de vue émotionnel, qu’il peut phagocyter la vie personnelle”.

 PSYCHOLOGIE - Depuis le lundi 29 juillet, nous sommes dans le rouge. Nous avons épuisé toutes les ressources renouvelables de la planète, cinq mois avant la fin de l’année. “Nous avons pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres et cultivé plus de terres que ce que la nature peut nous offrir au cours d’une année. Quant à nos émissions de gaz à effet de serre, elles ont été plus importantes que ce que nos océans et nos forêts peuvent absorber”, résumait WWF

Cette date arrive toujours plus tôt dans le calendrier. Elle est devenue un véritable rendez-vous médiatique, un énième rappel de l’urgence écologique et une nouvelle occasion de sentir nos entrailles se contracter face à notre manque d’action et à la fin de notre planète telle que nous la connaissons. 

Au début de son engagement, Greta Thunberg a fait une dépression pendant plusieurs mois après avoir regardé des documentaires sur les ours polaires et la fonte des glaces. “Cela m’a beaucoup atteinte, confiait-elle au New York Times. J’ai commencé à penser à ça tout le temps et je suis devenue très triste. Ces images sont restées bloquées dans ma tête.” Et elle n’est pas la seule. En France comme ailleurs, cette inquiétude gagne du terrain.

Parmi les victimes de l’éco-anxiété, on retrouve aussi les scientifiques eux-mêmes. Sur le site “Is This How You Feel”, des spécialistes du climat partagent dans des lettres manuscrites leurs ressentis, leurs espoirs mais aussi leur crainte et leur colère face à l’ampleur de ce qu’ils veulent accomplir et au peu de réactions que cela engendre. 

“Cette angoisse a toujours existé dans le militantisme écologique, mais elle s’est récemment aggravée sous l’effet d’une réduction des horizons temporels. Le dérèglement climatique ne va plus ­affecter les générations futures mais celles d’aujourd’hui, analyse Luc Semal, maître de conférences en sciences politiques au Muséum national d’histoire naturelle, interrogé par Le Monde. Ce sujet est tellement écrasant, d’un point de vue...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post