"Je suis une angoissée": Brigitte Macron inquiète face aux menaces qui visent sa famille

Brigitte Macron - Axel Schmidt / AFP
Brigitte Macron - Axel Schmidt / AFP

"Je suis une angoissée mais j'ai confiance dans les Français". La Première dame Brigitte Macron s'est confiée aux lecteurs du Parisien dans un long entretien publié sur le site du journal.

Celle qui lance ce mercredi 11 janvier la nouvelle opération Pièces Jaunes en tant que présidente de la Fondation des Hôpitaux n'a pas échappé aux questions sur la réforme des retraites présentée par le gouvernement. Un texte loin de convenir aux organisations syndicales qui ont annoncé une journée de grève le 19 janvier. Un début de mobilisation qui peut déboucher sur un conflit social du niveau des gilets jaunes?

"Je sais que tout peut arriver, j'ai bien cela dans la tête à tout moment", a confié Brigitte Macron aux lecteurs du Parisien.

Une effigie de Macron "guillotinée", son "pire souvenir"

Celle qui confie avoir "peur pour (s)on mari, (s)es enfants, tout le temps" explique qu'elle ne "comprendra(it) jamais le recours à la violence".

Brigitte Macron raconte également son "pire souvenir" en tant que Première dame: lorsqu'un épouvantail à l'effigie de son mari avait été brûlé puis décapité - "guillotinée" selon les mots de la Première dame - lors d'une manifestation de gilets jaunes à Angoulême en décembre 2018.

"J'ai ressenti une peine infinie. Aussi pour ceux qui ont fait ça. Est-ce qu'ils se rendent compte de jusqu'où ils sont allés?", poursuit Brigitte Macron.

Article original publié sur BFMTV.com