Angleterre : nouvelle grève des infirmières pour réclamer des hausses de salaire

Les infirmiers et infirmières britanniques sont de nouveau en grève pour deux jours à partir de mercredi, un mouvement inédit pour réclamer de meilleurs salaires, dans un Royaume-Uni confronté à une forte inflation.

Ces nouvelles journées de mobilisation témoignent de l'impasse dans les négociations entre le principal syndicat d'infirmiers et infirmières, le Royal College of Nursing (RCN) et le gouvernement conservateur de Rishi Sunak, qui refuse les augmentations que le RCN réclame.

Ce blocage a poussé le syndicat à annoncer lundi deux nouvelles journées de grèves en février qui concerneront davantage d'hôpitaux.

"Nous faisons cela dans une tentative désespérée de voir (le Premier ministre) et les ministres sauver le NHS", le système de santé public, a justifié la secrétaire générale du RCN Pat Cullen lundi, appelant le gouvernement à "résoudre" le problème des dizaines de milliers de postes vacants dans les hôpitaux.

Le gouvernement, qui veut faire voter une loi instaurant un service minimum dans certains secteurs, dénonce lui les perturbations que vont engendrer ces grèves pour la population en pleine période hivernale.

"Il est inévitable qu'une grève aura un impact sur les patients", a estimé mardi le ministre de la Santé Steve Barclay, ajoutant que les deux jours de débrayage des infirmières en décembre avaient entrainé l'annulation de 30 000 opérations et rendez-vous.

Selon la NHS Confederation, qui représente les hôpitaux, cette nouvelle grève pourrait entrainer l'annulation de 4 500 opérations et 25 000 rendez-vous.

"Conflit dommageable"

Son président, Matthew Taylor, a appelé le gouvernement à "faire tout ce qu'il peut pour mettre fin à ce conflit dommageable" pour le NHS.

"Nous ne pensons pas que c'est la bonne manière d'agir, nous continuons d'appeler les syndicats à quitter les piquets de grève et à continuer les discussions", a affirmé un porte-parole du Premier ministre Rishi Sunak, évoquant aussi la grève à venir des enseignants à partir du 1er février, à laquelle s'ajoutera un nouveau débrayage des cheminots.

Le mouvement des infirmiers et infirmières est le plus populaire de tous ceux qui secouent le Royaume-Uni ces derniers mois, confronté à sa pire crise sociale depuis des décennies, du fait d'une inflation à plus de 10%.

Selon un sondage publié mercredi par Ipsos pour l'agence PA, 57% des Britanniques estiment que le gouvernement est le plus à blâmer pour la longueur de la grève des infirmières.

82% des personnes interrogées éprouvent de la sympathie pour les infirmiers et infirmières et 80% pour les ambulanciers, autre profession de santé en grève ces dernières semaines.

90% expriment aussi leur sympathie pour les patients, dont les grèves perturbent un peu plus la prise en charge, dans un système de santé public (NHS) déjà mis à mal par des années de sous-financement et la pandémie de Covid-19.